Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

kenya : Kenyatta et Odinga appellent au calme a 6 jours du scrutin

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

"Où est Santiago Maldonado ?"

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Chine : Xi Jinping, nouveau Mao ?

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Harcèlement sexuel, la parole se libère sur la toile.

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Bafel Talabani : le référendum au Kurdistan était une "erreur colossale"

En savoir plus

TECH 24

Holo-Math : ils vont vous faire aimer les mathématiques

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

"Flat tax" : révolution fiscale ou cadeau au riches ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Macronisme : la théorie des "premiers de cordée"

En savoir plus

FOCUS

Au Japon, l'impact social mitigé des "Abenomics"

En savoir plus

Berger (CFDT) veut "des politiques sociales assumées"

© AFP | Le secrétaire général de la CFDT Laurent Berger après une entrevue avec le Premier ministre à Matignon, le 25 juillet 2017

PARIS (AFP) - 

Le secrétaire général de la CFDT, Laurent Berger, va demander à Emmanuel Macron "des politiques sociales assumées", lors de son rendez-vous dans la matinée avec le président de la République, a-t-il dit vendredi.

"Je crois qu'il faut rééquilibrer les choses, parce que la politique menée depuis le début est quand même un peu inquiétante", a déclaré sur Europe 1 M. Berger, citant la baisse des APL, des contrats aidés et "un certain nombre de points qui étaient contenus dans les ordonnances".

Le numéro un de la CFDT doit être reçu à son tour vendredi matin par le chef de l'Etat, qui a engagé jeudi les consultations avec les partenaires sociaux sur la réforme de la formation et de l'assurance chômage.

"Je lui dirai que maintenant on a besoin de politiques sociales assumées, vraiment de sécurité pour les salariés, de sécurité pour les chômeurs", a précisé M. Berger.

"On a un président de la République qui a été élu face à la candidate du Front national, il y avait une attente d'une forme de bienveillance, mais aussi de politique de cohésion sociale et ça n'a pas été dans ce sens là", a-t-il regretté.

© 2017 AFP