Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Kenya : Kenyatta et Odinga appellent au calme à six jours de la présidentielle

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

"Où est Santiago Maldonado ?"

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Chine : Xi Jinping, nouveau Mao ?

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Harcèlement sexuel, la parole se libère sur la toile.

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Bafel Talabani : le référendum au Kurdistan était une "erreur colossale"

En savoir plus

TECH 24

Holo-Math : ils vont vous faire aimer les mathématiques

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

"Flat tax" : révolution fiscale ou cadeau au riches ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Macronisme : la théorie des "premiers de cordée"

En savoir plus

FOCUS

Au Japon, l'impact social mitigé des "Abenomics"

En savoir plus

Dati déplore le silence de Belloubet sur le projet de loi antiterroriste

© AFP/Archives | Rachida Dati le 8 juin 2016 à Saint-André-lez-Lille

PARIS (AFP) - 

L'ancienne garde des Sceaux Rachida Dati s'en est prise vendredi à l'actuelle ministre de la Justice Nicole Belloubet qui "commente l'actualité" et qu'"on n'a pas entendu, jamais" lors de l'examen du projet de loi antiterroriste porté par le ministre de l'Intérieur Gérard Collomb.

"Aujourd'hui la garde des Sceaux commente l'actualité", a déclaré Mme Dati sur Sud Radio.

"Sur le projet de loi antiterroriste, on n'a pas entendu, jamais, la Garde des Sceaux. La justice est quand même au c?ur de la lutte contre le terrorisme et la radicalisation", a poursuivi la maire du VIIe arrondissement de Paris, dix jours après l'adoption du texte à l'Assemblée.

Ancienne membre du Conseil constitutionnel Nicole Belloubet a succédé place Vendôme à François Bayrou en juin. Elle a porté au Parlement les projets de loi de moralisation de la vie politique.

Pour Mme Dati, garde des Sceaux de 2007 à 2009, "les deux grands absents de ce projet de loi (sont) la prévention de la radicalisation et les prisons". "Les foyers de radicalisation aujourd'hui, c'est internet, et moi j'ai fait voter au Parlement européen la responsabilité pénale des géants d'internet".

Quant aux prisons, "aujourd'hui, on a plus de 1.500 détenus (radicalisés, NDLR). Il est important de les isoler et de les prendre en charge différemment et d'avoir un programme les concernant pour lutter contre la radicalisation".

Plus généralement, "le pays, aujourd'hui est extrêmement fracturé. Ca allait très mal avant l'élection de Macron. Vous croyez, depuis son élection, le pays réconcilié?", a lancé Mme Dati, soutien de Laurent Wauquiez au sein des Républicains (LR).

© 2017 AFP