Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Kenya : Kenyatta et Odinga appellent au calme à six jours de la présidentielle

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

"Où est Santiago Maldonado ?"

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Chine : Xi Jinping, nouveau Mao ?

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Harcèlement sexuel, la parole se libère sur la toile.

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Bafel Talabani : le référendum au Kurdistan était une "erreur colossale"

En savoir plus

TECH 24

Holo-Math : ils vont vous faire aimer les mathématiques

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

"Flat tax" : révolution fiscale ou cadeau au riches ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Macronisme : la théorie des "premiers de cordée"

En savoir plus

FOCUS

Au Japon, l'impact social mitigé des "Abenomics"

En savoir plus

Fiona: le procès en appel suspendu après un vif incident d'audience

© AFP | Des magistrats lors du procès en appel de la mère de Fiona et de son ex-comapgnon après la mort de la fillette, au Puy-en-Velay (Haute-Loire), le 10 octobre 2017

LE PUY-EN-VELAY (AFP) - 

Le procès en appel de la mère Fiona et de son ex-compagnon, jugés depuis lundi pour coups mortels devant les assises de Haute-Loire, était suspendu vendredi après un vif incident d'audience, qui a conduit les avocats de la défense à quitter le palais de justice.

À la reprise des débats dans l'après-midi, ceux-ci sont intervenus devant la cour pour expliquer que leur probité avait été mise en cause en fin de matinée et qu'ils n'étaient plus en mesure d'intervenir pour Cécile Bourgeon et Berkane Makhlouf.

"Il s'est passé quelque chose de particulier. Les deux avocats ont été mis en cause personnellement. Leur probité a été mise en cause. Aujourd'hui, nous ne pouvons plus intervenir. Nous considérons que nous ne sommes plus en mesure de défendre nos clients", a déclaré Me Renaud Portejoie, l'avocat de Cécile Bourgeon, avant de réclamer les "excuses" d'un conseil des parties civiles, Me Marie Grimaud, qui les avait mis en cause.

"Ma probité dans ce dossier est en jeu. C'est insupportable. Je ne peux pas continuer à défendre mon client dans cette position-là", a renchéri Me Mohamed Khanifar, qui défend Berkane Makhlouf.

Me Grimaud a obtempéré, mais à l'occasion d'une suspension de séance qui a suivi, les deux avocats de la défense ont quitté la salle d'audience d'un pas assuré, leurs dossiers sous les bras, tandis que le président de la cour d'assises Étienne Fradin et Me Marie Grimaud tentaient en vain de les retenir.

© 2017 AFP