Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Kenya : Kenyatta et Odinga appellent au calme à six jours de la présidentielle

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

"Où est Santiago Maldonado ?"

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Chine : Xi Jinping, nouveau Mao ?

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Harcèlement sexuel, la parole se libère sur la toile.

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Bafel Talabani : le référendum au Kurdistan était une "erreur colossale"

En savoir plus

TECH 24

Holo-Math : ils vont vous faire aimer les mathématiques

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

"Flat tax" : révolution fiscale ou cadeau au riches ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Macronisme : la théorie des "premiers de cordée"

En savoir plus

FOCUS

Au Japon, l'impact social mitigé des "Abenomics"

En savoir plus

LREM: Bourguignon (ex-PS) veut porter "une ligne sociale offensive"

© AFP/Archives | La présidente LREM de la commission des Affaires sociales de l'Assemblée nationale, Brigitte Bourguignon, issue du Parti socialiste, le 4 juillet 2017 à Paris

PARIS (AFP) - 

La présidente LREM de la commission des Affaires sociales de l'Assemblée nationale, Brigitte Bourguignon, issue du Parti socialiste, entend porter "une ligne sociale offensive", affirme-t-elle dans un entretien vendredi au Parisien, se défendant toutefois de chercher "à créer un sous-groupe de frondeurs".

Les députés La République en marche qui portent un "discours prioritairement économique et budgétaire sont, pour le moment, le plus visibles", reconnaît-elle. "Mais il y a également ceux qui, comme moi, incarnent une fibre résolument sociale et qui entendent bien aussi la faire connaître".

"Nous sommes nombreux sur cette ligne. Et pas seulement des élus issus du Parti socialiste", assure la député du Pas-de-Calais. "A moi, en tant que présidente de la commission des Affaires sociales, (...) de porter une ligne sociale offensive".

Selon Mme Bourguignon, "cette diversité est souhaitée par le chef de l'Etat".

La députée assure également qu'elle "ne cherche pas à créer un sous-groupe de frondeurs comme dans la législature précédente". "Je ne veux pas non plus parler de +courant+ car c'est inapproprié", précise-t-elle. "Je vois qu'il y a parmi nous des élus qui ont envie de mettre en marche la +jambe sociale+ du projet du chef de l'Etat".

© 2017 AFP