Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Amazon accusé de pratiques déloyales en France

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Journée internationale des migrants : solidarité des montagnards des Alpes

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Journée internationale des migrants : une base de données ADN pour répertorier les morts

En savoir plus

LE DÉBAT

Journée mondiale des migrants, des politiques en Europe de plus en plus hostiles

En savoir plus

LE DÉBAT

Journée mondiale des migrants, des politiques en Europe de plus en plus hostiles

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Samy Gemayel : "Au Liban, le Hezbollah dicte au gouvernement sa politique étrangère"

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Lulendo, maître des rythmes de la forêt

En savoir plus

FOCUS

Immigration en Allemagne : l'apprentissage de la langue, clé de l'intégration

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Panne et pagaille à l'aéroport d'Atlanta

En savoir plus

Uber a déposé son appel contre son interdiction à Londres

© AFP/Archives | Uber a déposé vendredi son appel devant un tribunal de Londres afin de contester la décision de l'Autorité des transports londoniens (TfL) de lui retirer sa licence.

LONDRES (AFP) - 

Uber a déposé vendredi son appel devant un tribunal de Londres afin de contester la décision de l'Autorité des transports londoniens (TfL) de lui retirer sa licence.

"Nous avons déposé ce matin notre appel sur la décision concernant la licence à Londres" auprès d'un tribunal de Westminster, indique Uber dans un communiqué.

La compagnie de voitures avec chauffeurs privés rappelle qu'elle peut continuer à exercer dans les rues de la capitale britannique tant que la procédure judiciaire est en cours.

"Nous espérons continuer à avoir des discussions constructives avec Transport for London", a indiqué un porte-parole d'Uber. "Comme l'a dit notre nouveau directeur général, nous sommes déterminés à mettre les choses dans le bon sens", a-t-il complété.

Le 22 septembre, TfL avait décidé de ne pas renouveler la permission accordée à Uber de faire circuler ses voitures avec chauffeurs privés dans la ville. La décision a eu un retentissement considérable à Londres, où Uber affirme compter près de 40.000 chauffeurs et 3,5 millions de clients.

La société américaine avait immédiatement annoncé son intention de faire appel, mais a attendu la date butoir pour le déposer formellement devant la justice britannique.

Uber avait fustigé dans un premier temps la décision londonienne avant que le patron Dara Khosrowshahi, arrivé depuis peu à la tête de la société, calme le jeu avec les autorités londoniennes et présente des excuses au nom de la compagnie.

Il s'est rendu à Londres début octobre et a tenu une réunion "constructive" avec le chef de l'autorité londonienne des transports, de l'avis des deux parties.

Pour justifier sa décision, TfL avait mis en avant le laxisme d'Uber dans la dénonciation des crimes et des failles dans les contrôles des casiers judiciaires et des certificats médicaux de ses conducteurs. L'autorité avait déploré aussi l'utilisation d'un logiciel permettant aux chauffeurs d'éviter de se faire repérer dans les zones où ils n'ont pas le droit d'exercer.

© 2017 AFP