Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

kenya : Kenyatta et Odinga appellent au calme a 6 jours du scrutin

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

"Où est Santiago Maldonado ?"

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Chine : Xi Jinping, nouveau Mao ?

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Harcèlement sexuel, la parole se libère sur la toile.

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Bafel Talabani : le référendum au Kurdistan était une "erreur colossale"

En savoir plus

TECH 24

Holo-Math : ils vont vous faire aimer les mathématiques

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

"Flat tax" : révolution fiscale ou cadeau au riches ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Macronisme : la théorie des "premiers de cordée"

En savoir plus

FOCUS

Au Japon, l'impact social mitigé des "Abenomics"

En savoir plus

Venezuela: le 1er exportateur de pétrole d'Amérique latine en crise

© AFP/Archives | Le président vénézuélien Nicolas Maduro lors d'une conférence de presse à Minsk (Bélarus), le 5 octobre 2017

CARACAS (AFP) - 

Premier exportateur de pétrole d'Amérique latine, le Venezuela, qui organise dimanche des élections régionales, traverse une grave crise économique et politique et se trouve de plus en plus isolé sur la scène internationale, après l'élection d'une Assemblée constituante controversée.

- Maduro, héritier de Chavez

Élu président en 1999, Hugo Chavez lance une "révolution bolivarienne", du nom du leader de l'indépendance Simon Bolivar. Il bâtit sa popularité sur de nombreux programmes sociaux dans un pays caractérisé par des inégalités criantes, avec un style de gouvernement alliant gauchisme et militarisme.

En 2012, il est élu pour un troisième mandat. Il meurt d'un cancer en 2013.

Son dauphin Nicolas Maduro lui succède et devient rapidement impopulaire alors que le pays traverse une grave crise économique, conduisant à de violentes manifestations en 2014 (43 morts).

En janvier 2016, la coalition d'opposition "Table pour l'unité démocratique" (MUD) devient majoritaire au Parlement, dont la Cour suprême annule ensuite tous les votes. Des manifestations quasi quotidiennes exigeant le départ du chef de l?État font 125 morts entre avril et juillet 2017.

Dans ce contexte, Nicolas Maduro décide l'élection d'une assemblée pour rédiger une nouvelle Constitution, une man?uvre pour conserver le pouvoir selon l'opposition, qui boycotte le scrutin en juillet 2017.

L'Union européenne, les États-Unis et plusieurs pays latino-américains ne reconnaissent pas la nouvelle assemblée. Le pays est de plus en plus isolé.

- Au pays de l'or noir

Ce pays de 916.445 km2 et 31 millions d'habitants, situé dans les Caraïbes, est l'un des deux membres latino-américains de l'Opep.

Le groupe pétrolier d?État PDVSA produit 1,9 million de barils par jour, dont 40% exportés vers les États-Unis, son premier client.

La production de brut a chuté ces deux dernières années, en raison du manque de liquidités pour moderniser les champs pétroliers.

Le Venezuela abrite 302,25 milliards de barils de réserves prouvées, les plus importantes au monde.

- Pénuries et hyperinflation

Touché par l'effondrement des cours du brut depuis 2014, le Venezuela, qui tire 96% de ses revenus du pétrole, souffre d'un manque de devises qui l'a plongé dans une crise aiguë, mêlant pénuries alimentaire et de médicaments, inflation et récession.

La hausse des prix devrait atteindre 652,7% en 2017, selon les dernières prévisions du FMI, la plus élevée au monde.

L'économie est en chute libre depuis 2014. L'an dernier, le PIB a fondu de 16,5% et devrait reculer cette année de 12%, selon le Fonds.

Le Venezuela est sous la menace d'un défaut sur sa dette, estimée à plus de 100 milliards de dollars, d'autant que les Américains ont interdit toute transaction sur la dette de Caracas et celle de PDVSA.

Un tiers de la population vivait en 2015 sous le seuil de pauvreté, cheval de bataille de la "révolution bolivarienne", contre près de la moitié en 1998, selon la Banque mondiale.

Le Venezuela souffre aussi d'une violence endémique, avec un taux d'homicides parmi les plus élevés au monde (70,1 pour 100.000 habitants en 2016).

© 2017 AFP