Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

Les "nouveaux visages" de la lutte contre les armes à feu aux États-Unis

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Lettonie : le gouverneur de la banque centrale arrêté

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Fourcade en or : "Quel pied !"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Pete Souza, ancien photographe à la Maison Blanche : "Obama a beaucoup d'humour"

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Arnaud Danjean : "Les Européens doivent assumer leur sécurité de façon plus autonome"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Groupe Renault : des résultats record, mais une rémunération en baisse pour son PDG

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nouvel an chinois : une émission de CCTV fait scandale avec un sketch raciste

En savoir plus

LE GROS MOT DE L'ÉCO

Le bitcoin, la monnaie 2.0

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Afrique du Sud : le président Ramaphosa promet un "fantastique départ"

En savoir plus

Asie - pacifique

Vidéo : dans l'État d'Arakan, l'interminable attente des Rohingya

© Capture d'écran France 24 | Une femme rohingya montre l'écorce de bananier dont elle se nourrit, faute de riz.

Vidéo par Charles DUPOIZAT , Clovis CASALI

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 14/10/2017

Les Nations unies ont envoyé, vendredi, en Birmanie, un de leur haut représentant pour une visite de cinq jours. Au cœur du débat : l'aide humanitaire qui n'arrive toujours pas aux Rohingya dans le nord de l'État d'Arakan.

Le secrétaire général adjoint de l'ONU aux affaires politiques, Jeffrey Feltman, a entamé vendredi 13 octobre, en Birmanie, une visite de cinq jours pour discuter avec les autorités locales de la situation critique des Rohingya. En jeu notamment : la question de l'acheminement d'une aide humanitaire à cette minorité musulmane dans l'État d'Arakan (Rakhine en birman).

Dans cet État du nord de la Birmanie, dans l'un des derniers villages encore habités par des Rohingya, les équipes de France 24 ont recueilli plusieurs témoignages d'habitants. "On a peur de vivre ici. On veut partir au Bangladesh. Ici, on se fait attaquer même quand on sort pour aller pêcher", a ainsi raconté un jeune homme, alors que la plupart des musulmans qui vivaient dans les alentours ont déjà fui.

"On n'a pas mangé de riz depuis trois mois", raconte une autre habitante du village en montrant l'écorce de bananier dont elle se nourrit.

Plus d'un demi-million de réfugiés

Selon l'ONU, plus d'un demi-million de réfugiés, la plupart de la minorité rohingya, ont fui au Bangladesh depuis fin août. Les autorités birmanes ont affirmé que leurs opérations militaires étaient en réaction à des attaques par des rebelles rohingyas de postes de police birmans.

L'ex-patron des Nations unies Kofi Annan a appelé, vendredi, le Conseil de sécurité à faire pression sur la Birmanie pour un retour dans leurs régions d'origine des réfugiés rohyingas ayant fui au Bangladesh la répression birmane.

Certains membres du Conseil poussent pour une résolution appuyant les demandes de fin des violences, d'accès humanitaire sans entrave et de retour des réfugiés mais la Chine, premier soutien de la Birmanie, et la Russie n'y sont guère favorables.

Avec AFP

 

Première publication : 14/10/2017

  • BANGLADESH

    Au moins 12 morts dans le naufrage d'un bateau de Rohingya au Bangladesh

    En savoir plus

  • BIRMANIE

    Birmanie : l'ONU s'attend à la poursuite de l'exode des Rohingya

    En savoir plus

  • REPORTAGE

    Exode des Rohingya : "J'ai vraiment cru que nous allions tous nous noyer"

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)