Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Zimbabwe : retenu par l'armée Robert Mugabe préside tout de même une cérémonie

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Le baiser imposé d'Al Franken

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

COP 23 en Allemagne : une occasion manquée ?

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Crise au Liban : La France à la manoeuvre

En savoir plus

TECH 24

Quoi de neuf, e-docteur ?

En savoir plus

LE GROS MOT DE L'ÉCO

Taux directeur : le diapason système bancaire

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Afrique - Chine : le piège de la dépendance ?

En savoir plus

#ActuElles

Consentement sexuel des mineur(e)s : quel âge minimum ?

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La France, terre de vin et de tourisme

En savoir plus

Moyen-Orient

Bagdad et Erbil se donnent 24 heures de plus pour éviter l'affrontement à Kirkouk

© Ahmad al-Rubaye, AFP | Les forces irakiennes dans la banlieue sud de Kirkouk, le 14 octobre 2017.

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 15/10/2017

L'Irak et le Kurdistan irakien se sont accordé, dimanche, une journée de plus pour tenter d'éviter un affrontement armé à Kirkouk. Le président irakien Fouad Massoum a rencontré son homologue kurde, Massoud Barzani.

Trois semaines après la tenue d'un référendum au Kurdistan irakien, qui a exacerbé les tensions, Bagdad et Erbil se sont accordé une journée de plus pour éviter par le dialogue tout affrontement armé à Kirkouk.

En fin de matinée, le président irakien Fouad Massoum, lui-même kurde, a rencontré Massoud Barzani, le président du Kurdistan autonome.

De hauts responsables de l'Union patriotique du Kurdistan (UPK), le parti de Fouad Massoum, grand rival du Parti démocratique kurde (PDK) de Massoud Barzani, participaient également à cette réunion à Doukan, dans la province de Souleimaniyeh, fief de l'UPK.

Tensions autour du référendum

Les peshmerga – combattants kurdes – se divisent entre les deux partis. Les forces kurdes présentes dans la province de Kirkouk, que les forces irakiennes cherchent à déloger, dépendent de l'UPK.

Alors que les politiques tentent de reprendre langue, des milliers de combattants se font face dans la riche province pétrolière de Kirkouk.

>> À lire : "Référendum kurde : l’unité de l’Irak est "une ligne rouge", avertit le vice-président Nouri al-Maliki"

L'Iran a fermé trois postes-frontières

Outre des bases militaires, les combattants du Kurdistan – région qui bénéficie depuis 1991 d'une autonomie étoffée au fil des ans – se sont également emparés d'infrastructures et de champs pétroliers de cette province disputée de Kirkouk.

Les forces irakiennes, gouvernementales et paramilitaires, avaient laissé aux peshmerga jusqu'au milieu de la nuit de samedi à dimanche pour s'en retirer, avant que les deux partis ne s’accordent un délai de 24 heures dimanche matin.

Bagdad a récemment multiplié les mesures économiques et judiciaires pour faire plier le Kurdistan. Contrairement à ce qu'avait annoncé l'agence de presse iranienne Tasim, l'Iran, hostile au référendum, a démenti dimanche avoir fermé trois postes-frontières avec le nord de l'Irak.

Avec AFP

Première publication : 15/10/2017

  • KURDISTAN IRAKIEN

    Référendum kurde : l’unité de l’Irak est "une ligne rouge", avertit le vice-président Nouri al-Maliki

    En savoir plus

  • KURDISTAN IRAKIEN

    Les combattants kurdes coupent des routes craignant un assaut de l’armée irakienne

    En savoir plus

  • Focus

    Irak : sur fond de guerre contre les jihadistes, le conflit s’amorce entre Bagdad et les Kurdes

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)