Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

"Poutine, maître du jeu en Syrie"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Le manque de 'culture financière' des Français"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

La guerre contre les mutilations génitales

En savoir plus

LE DÉBAT

Liban : la fin de la crise ? (partie 2)

En savoir plus

LE DÉBAT

Liban : la fin de la crise ? (partie 1)

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Le brio", Camelia Jordana sur la voie de l’éloquence

En savoir plus

FOCUS

Vidéo : les espoirs déçus des Tunisiens de Bir Ali, 7 ans après la révolution

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Une actrice indienne menacée de mort, à cause d'un rôle au cinéma"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Uber piraté massivement

En savoir plus

EUROPE

Catalogne : Puigdemont reste dans le flou, Madrid maintient l'ultimatum

© Pau Barrena, AFP | Le président de la Catalogne, Carles Puigdemont, dimanche 15 octobre 2017, au cimetière de Montjuïc, à Barcelone.

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 16/10/2017

Sommé de préciser sa position sur l'indépendance de la Catalogne, Carles Puigdemont a écrit lundi dans un courrier que sa priorité était de "dialoguer lors des deux prochains mois". Non satisfait, Madrid a donné un ultime délai de trois jours.

Le président séparatiste catalan Carles Puigdemont temporise. Appelé à clarifier sa position sur une éventuelle déclaration d'indépendance de la région par le gouvernement espagnol, il a choisi de répondre par courrier.

"Pendant les deux prochains mois, notre principal objectif est de vous amener à dialoguer", écrit Carles Puigdemont dans sa missive à Mariano Rajoy, après avoir évoqué la "suspension du mandat" confié par les Catalans qui ont selon lui voté pour l'indépendance lors du référendum du 1er octobre, interdit par la justice et le gouvernement. Il a souhaité en outre une réunion le "plus vite possible" avec le chef du gouvernement espagnol et demandé à celui-ci de mettre fin à la "répression" en Catalogne.

>> À lire : "Rajoy donne cinq jours à Puigdemont pour clarifier sa position sur l'indépendance"

Ultimatum jusqu'à jeudi 10 heures

Mais cette réponse a été jugée trop floue par Madrid. "La persévérance dans la confusion est incompréhensible", a déploré la vice-présidente du gouvernement espagnol, Soraya Saenz de Santamaria, ajoutant : "Ce n'était pourtant pas compliqué de répondre par oui ou par non."

"Nous espérons que dans les heures qui viennent (...) vous répondrez avec la clarté que tous les citoyens exigent", a écrit en retour Mariano Rajoy en accordant à Carles Puigdemont un ultime délai de trois jours, jusqu'à jeudi 10 h, pour revenir dans le droit chemin.

Le président du gouvernement espagnol continue de refuser catégoriquement tout dialogue tant que les séparatistes ne lèvent pas leur menace de déclarer unilatéralement l'indépendance, ce que Carles Puigdemont n'a pas fait. Il ne veut pas plus entendre parler de médiation, et les États membres de l'Union européenne l'écartent aussi pour ne pas ouvrir la boîte de Pandore des sécessions à travers le continent.

"La CUP aurait fait une lettre très différente"

La réponse ambiguë du président de la Generalitat risque notamment de provoquer la colère du petit parti d'extrême gauche de la CUP, allié indispensable du président catalan au Parlement régional. "Le CUP aurait fait une lettre très différente", a réagi la députée de la CUP, Mireia Boya.

Mélina Huet, correspondante de France 24 à Madrid

Trapero laissé libre sous contrôle judiciaire

Par ailleurs, le chef de la police de Catalogne, Josep Lluis Trapero, a été laissé libre sous contrôle judiciaire lundi, à l'issue d'une audience où le parquet avait requis son placement en détention.

Poursuivi pour sédition, le policier réputé proche de Carles Puigdemonta interdiction de quitter le pays et doit se présenter tous les 15 jours devant un tribunal.

Avec AFP et Reuters

 

Première publication : 16/10/2017

  • ESPAGNE

    Catalogne : Rajoy donne cinq jours à Puigdemont pour clarifier sa position sur l'indépendance

    En savoir plus

  • ESPAGNE

    Catalogne : les indépendantistes déçus, mais Puigdemont conserve leur soutien

    En savoir plus

  • CATALOGNE

    Carles Puigdemont, l'inconnu de Gérone qui fait trembler Madrid

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)