Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

COP 23 en Allemagne : une occasion manquée ?

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Crise au Liban : La France à la manoeuvre

En savoir plus

TECH 24

Quoi de neuf, e-docteur ?

En savoir plus

LE GROS MOT DE L'ÉCO

Taux directeur : le diapason système bancaire

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Afrique - Chine : le piège de la dépendance ?

En savoir plus

#ActuElles

Consentement sexuel des mineur(e)s : quel âge minimum ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

L'Afrique, le continent des possibles ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Lieux saints partagés" : une exposition sur l'art de coexister

En savoir plus

FOCUS

La République en marche à l'épreuve de la démocratie interne

En savoir plus

Dénoncer le harcèlement sur Twitter: "une bonne méthode" pour Schiappa

© AFP/Archives | La secrétaire d?État à l?Égalité entre les femmes et les hommes, Marlène Schiappa, le 19 juillet 2017 à Paris

PARIS (AFP) - 

La secrétaire d?État à l?Égalité entre les femmes et les hommes, Marlène Schiappa, a estimé mardi que "tout ce qui peut permettre aux femmes de parler est une bonne méthode", en réaction à l'appel à dénoncer le harcèlement sexuel au travail lancé ce week-end sur Twitter.

"Il faut se garder de dire aux femmes comment elles devraient parler ou ne pas parler, parce que ce n'est pas là l'essentiel. L'essentiel c'est le fond de ce qu'elles disent et je comprends qu'être derrière un écran soit plus facile pour dire des choses qui sont extrêmement dures à verbaliser", a déclaré Mme Schiappa sur Public Sénat.

Un appel à dénoncer le harcèlement sexuel au travail sous le hashtag #balancetonporc a donné lieu depuis ce week-end à de multiples témoignages visant des agresseurs quasi-exclusivement anonymes, dans la foulée du scandale Weinstein aux États-Unis. Le hashtag a été tweeté 146.000 fois ces dernières 24 heures.

L'appel a été lancé vendredi par une journaliste, qui pour montrer l'exemple, a elle-même relaté des propos tenus par un ancien patron en citant son nom.

"Bien évidemment Twitter ça ne remplace pas un tribunal, une action en justice, mais c'est déjà un premier pas". Cela "peut être un pas majeur pour beaucoup de femmes", a estimé la secrétaire d?État.

"J'ai l'impression que pour l'instant, d'après ce que j'observe, il n'y a pas de dérives, d'après ce que j'en ai vu en tout cas", a-t-elle ajouté.

"La justice peut faire son travail", a-t-elle souligné. "D'abord d'une part quand les femmes décident de déposer des plaintes pour les faits qu'elles dénoncent" et d'autre part, "si diffamation il y a, il y aura un procès".

© 2017 AFP