Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Zimbabwe : La fin de l'ère Mugabe

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Zimbabwe : Scène de liesse à Harare après la démission de Robert Mugabe

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Hortefeux : "Si le président prend de bonnes initiatives pour les collectivités, nous le dirons"

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"La bataille des sexes" : l’égalité homme-femme en jeu

En savoir plus

FOCUS

Vidéo : aux États-Unis, le sort incertain des militaires transgenres

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Chancelière ch. partenaire, et plus si affinités"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Le gouvernement américain tente de bloquer la fusion AT&T - Warner Bros

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"La chancelière chancelle"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Allemagne : le crépuscule d'Angela Merkel ?

En savoir plus

Le Koweït renonce à la loi sur les tests ADN obligatoires (HRW)

DUBAÏ (AFP) - 

Le Koweït a renoncé à une loi controversée qui imposait des tests d'ADN à tous les citoyens, résidents et visiteurs, a indiqué mardi l'organisation de défense des droits de l'Homme Human Rights Watch (HRW).

Cette loi, qui faisait du Koweït le seul pays du monde à imposer des tests généralisés d'ADN, avait été adoptée à la suite d'un attentat suicide perpétré en 2015 contre une mosquée chiite de la capitale. L'attaque revendiquée par la branche saoudienne du groupe Etat islamique (EI) fait 26 morts et 227 blessés.

"La décision d'annuler la loi sur les tests ADN est une mesure très positive qui met fin à une décision hâtivement prise et qui a porté atteinte à la vie privée" des personnes vivant au Koweït, a déclaré la directrice de HRW pour le Moyen-Orient Sarah Leah Whitson.

La Cour constitutionnelle de Koweït a annulé le 5 octobre cette loi au motif qu'elle contrevenait aux principes de la liberté individuelle.

Les résultats des tests ADN étaient stockés dans une base de données du ministère de l'Intérieur.

Ceux qui refusaient de se soumettre à ces tests s'exposaient à des peines de prison et à une amende de 33.000 dollars (29.700 euros).

© 2017 AFP