Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Egypte : 235 morts dans l'attaque d'une mosquée

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

L'interview de Mohammed Ben Salmane au New York Times crée la polémique

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Attentat dans le Sinaï en Egypte : au moins 235 morts dans l'attaque

En savoir plus

TECH 24

Energy Observer, le premier catamaran propulsé à l'hydrogène

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Ibrahim Maalouf : "Je me sens proche du côté nomade de Dalida"

En savoir plus

FOCUS

Vidéo : en Syrie, avec les combattants occidentaux qui ont rejoint les YPG

En savoir plus

FOCUS

Violences sexuelles : les femmes décidées à ne plus se taire

En savoir plus

MODE

Azzedine Alaïa, disparition d'un géant

En savoir plus

REPORTERS

Vidéo : avec Trump, la fin du rêve américain pour les musulmans ?

En savoir plus

Maduro: avec les régionales, le Venezuela a envoyé un "message fort"

© AFP | Nicolas Maduro lors d'une conférence de presse, deux jours après des élections régionales contestée, le 17 octobre 2017

CARACAS (AFP) - 

Le président du Venezuela Nicolas Maduro a estimé mardi que les Vénézuéliens avaient envoyé "un message fort" aux Etats-Unis et à leurs alliés lors des élections régionales largement remportées par le camp au pouvoir.

"Notre peuple a envoyé un message fort à l'impérialisme, à Trump, à ses alliés régionaux et à la droite locale", a déclaré le chef de l'Etat socialiste lors d'une conférence de presse, deux jours après le scrutin contesté.

Officiellement, le Parti socialiste uni du Venezuela (PSUV), au pouvoir, s'est imposé dans 17 des 23 Etats du pays, selon le Conseil national électoral (CNE). Au niveau national, le chavisme -du nom du défunt Hugo Chavez, président de 1999 à 2013 et mentor de M. Maduro- obtient 54% des votes, contre 45% à ses adversaires.

Les Etats-Unis ont "condamné" lundi des élections "ni libres ni justes". L'UE, de son côté, a déclaré que les résultats des élections ne modifiaient pas sa "ligne de conduite". Les 28 Etats membres de l'UE ont récemment donné leur "accord de principe" à la mise en place de sanctions contre le régime du président Maduro en réponse à la répression contre l'opposition.

Aucun observateur international n'avait été accepté par les autorités pour le vote.

Ce scrutin intervenait alors que le Venezuela est plongé dans une grave crise économique et politique, même si le calme semblait revenu depuis deux mois, après la vague de manifestations souvent violentes qui a submergé le pays d'avril à juin, faisant 125 morts.

© 2017 AFP