Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Zimbabwe : retenu par l'armée Robert Mugabe préside tout de même une cérémonie

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Le baiser imposé d'Al Franken

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

COP 23 en Allemagne : une occasion manquée ?

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Crise au Liban : La France à la manoeuvre

En savoir plus

TECH 24

Quoi de neuf, e-docteur ?

En savoir plus

LE GROS MOT DE L'ÉCO

Taux directeur : le diapason du système bancaire

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Afrique - Chine : le piège de la dépendance ?

En savoir plus

#ActuElles

Consentement sexuel des mineur(e)s : quel âge minimum ?

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La France, terre de vin et de tourisme

En savoir plus

Afrique

Togo : affrontements meurtriers après l'arrestation d'un imam proche de l'opposition

© Pius Utomi Ekpei, AFP | Centre hospitalier de Sokodé, deuxième ville du Togo.

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 17/10/2017

Des affrontements ont éclaté dans la nuit de lundi à mardi à Sokodé, deuxième ville du Togo, après l'arrestation d'un imam proche de l'opposition. Deux militaires et un jeune ont été tués, selon le gouvernement.

Deux militaires et un jeune ont été tués, au soir du lundi 16 octobre, dans de violents heurts qui ont éclaté à Sokodé, deuxième ville du Togo, après l'arrestation d'un imam proche d'un parti d'opposition, a indiqué le gouvernement.

"L'électricité a été coupée vers 19 h (heures locales) après la prière et cinq véhicules de la gendarmerie sont arrivés pour enlever Alpha Alassane, un imam très reconnu dans la ville", a expliqué à l'AFP Ouro Akpo Tchagnaou, coordinateur de l'Alliance nationale pour le changement (ANC, opposition).

"La population s'est sentie visée et est sortie dans les rues", a-t-il ajouté en soulignant que les échauffourées avaient duré toute la nuit. "Des habitations ont été incendiées, ainsi qu'un bureau de banque et un bâtiment de TogoCell [groupe de téléphonie]", a ajouté Éric Dupuy, porte-parole de l'ANC.

Le calme était revenu mardi matin, mais la population a menacé de ressortir dans la rue si l'imam n'était pas libéré dans la matinée.

Heurts à Lomé

Le ministre de la Sécurité, le colonel Yark Damehame, a justifié l'arrestation de l'imam, un proche du Parti national panafricain (PNP, opposition), en assurant que "dans ses prêches, il appelle ses fidèles à la violence et à la haine". "Le comble, vendredi dernier, il a au cours de ses prêches appelé ses fidèles à tuer des militaires", a ajouté le ministre, mardi matin, sur l'antenne locale de Radio Victoire.

>> À lire : "Tikpi Atchadam, l’homme qui rêvait de faire tomber le président Gnassingbé"

À Bafilo, ville voisine de Sokodé, des jeunes ont également dressé des barricades et bloqué la route nationale en réaction à l'arrestation de l'imam, a affirmé à l'AFP une représentante locale de la coalition d'opposition CAP 2015, Tchatchibara Akim.

Dans le nord de la capitale Lomé, des heurts ont également eu lieu au cours de la nuit à Agoè, fief des partisans du PNP, entre jeunes ayant dressé des barricades et brûlé des pneus et forces de l'ordre qui les ont dipersés à coups de gaz lacrymogènes, selon des témoignages d'habitants. Le calme était toutefois revenu mardi matin.

Voix contestatoire

L'imam Alassane a toujours été une voix contestataire au Togo, mais dans un contexte de fortes tensions politiques depuis deux mois, il s'est rapproché du PNP.

Le PNP de Tikpi Atchadam, nouvelle figure de proue de l'opposition, s'est allié à 13 autres partis pour demander la limitation à deux du nombre de mandats présidentiels et la démission du président Faure Gnassingbé, élu en 2005 dans la violence et héritier d'une famille au pouvoir depuis 50 ans.

Depuis août, de nombreuses manifestations ont été organisées au Togo, dont celles des 6 et 7 septembre, qui ont rassemblé plus de 100 000 personnes dans la capitale Lomé et plusieurs dizaines de milliers dans les villes du nord du pays, nouveau foyer de contestation du pouvoir.

Avec AFP

Première publication : 17/10/2017

  • TOGO

    Mobilisation en demi-teinte à Lomé pour l'opération "Togo mort"

    En savoir plus

  • TOGO

    Togo : Tikpi Atchadam, l’homme qui rêvait de faire tomber le président Gnassingbé

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)