Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Vincent Bolloré en garde à vue, le PDG entendu sur ses concessions portuaires en Afrique

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Entre Donald Trump et Emmanuel Macron, des gestes de sympathie très remarqués

En savoir plus

LE DÉBAT

Emmanuel Macron aux États-Unis : Iran, Syrie, commerce, climat...les sujets qui fâchent

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Une femme fantastique" : rencontre avec l'actrice transgenre Daniela Vega

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"Des mercenaires russes en Centrafrique"

En savoir plus

FOCUS

Israël : le grand flou du gouvernement autour du sort des migrants africains

En savoir plus

L’invité du jour

Jacky Moiffo : "Ils ont vendu mon frère", migrant du Cameroun

En savoir plus

L'INFO ÉCO

Emmanuel Macron aux États-Unis : une visite pour renforcer les liens économiques

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"Ce que nous achetons bon marché peut coûter très cher à d'autres"

En savoir plus

FRANCE

France : la loi antiterroriste controversée définitivement adoptée

© John Macdougall, AFP | La loi antiterroriste doit prendre le relais de l'état d'urgence, en France, au 1er novembre 2017.

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 18/10/2017

Le Parlement a définitivement adopté, mercredi, par un ultime vote du Sénat, le très controversé projet de loi antiterroriste qui doit prendre le relais de l'état d'urgence, instauré en France après les attentats du 13 novembre 2015.

Adopté. Les parlementaires français ont définitivement validé, mercredi 18 octobre, le projet de loi antiterroriste qui doit prendre le relais de l'état d'urgence au 1er novembre.

>> À lire sur France 24 : Projet de loi antiterroriste : ce qui change par rapport à l'état d'urgence

Le texte, déjà adopté par l'Assemblée nationale il y a une semaine, a été voté par 244 sénateurs. Vingt-deux ont voté contre, essentiellement les communistes. Les socialistes se sont abstenus.

Au centre de ce texte controversé figure le renforcement des pouvoirs de l'autorité administrative (préfets, ministre de l'Intérieur) pour assigner quelqu'un (non plus à résidence, mais dans un périmètre au minimum égal à la commune), réaliser des perquisitions, fermer un lieu de culte ou faire des contrôles d'identité près des frontières. Le tout sans feu vert judiciaire, perquisitions exceptées.

"Je ne prendrai pas la décision de déférer cette loi devant le Conseil constitutionnel (...) La qualité du travail a permis d'aboutir à un texte pleinement satisfaisant", a souligné pour sa part Emmanuel Macron mercredi, en rendant hommage au travail parlementaire lors d'un discours sur la sécurité devant les policiers et gendarmes.

Avec AFP

Première publication : 18/10/2017

  • FRANCE

    La loi antiterroriste votée à une large majorité en dépit des controverses

    En savoir plus

  • FRANCE

    Projet de loi antiterroriste : ce qui change par rapport à l'état d'urgence

    En savoir plus

  • FRANCE

    Gérard Collomb défend le projet de loi antiterroriste devant l'Assemblée

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)