Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

À L’AFFICHE !

"La bataille des sexes" : l’égalité homme-femme en jeu

En savoir plus

FOCUS

Vidéo : aux États-Unis, le sort incertain des militaires transgenres

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Chancelière ch. partenaire, et plus si affinités"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Le gouvernement américain tente de bloquer la fusion AT&T - Warner Bros

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"La chancelière chancelle"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Allemagne : le crépuscule d'Angela Merkel ?

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Zimbabwe : Robert Mugabe lâché par son parti

En savoir plus

LE DÉBAT

Allemagne : fin du règne pour l'indéboulonnable Merkel ? (partie 2)

En savoir plus

LE DÉBAT

Allemagne : fin du règne pour l'indéboulonnable Merkel ? (partie 1)

En savoir plus

Bombardier pas condamné au mariage, selon son patron pour la France

© AFP/Archives | Logo Bombardier dans son usine de Crespin, près de Valenciennes (Nord), le 17 octobre 2016

VILLENEUVE-SAINT-GEORGES (AFP) - 

Le fabricant de train et matériel ferroviaire Bombardier n'est pas forcément condamné à se marier à son tour après la fusion de ses rivaux Alstom et Siemens, a estimé jeudi le président de Bombardier Transport France, Laurent Bouyer.

Beaucoup d'analystes estiment que Bombardier n'aura pas la taille critique nécessaire pour survivre seul à l'avenir face aux géants chinois, et au mastodonte Alstom Siemens, et qu'il doit chercher à s'allier à d'autres constructeurs.

"Est ce que la notion de taille critique doit déboucher de facto sur des rapprochements industriels? Peut-être, nous, on n'en n'est pas forcément toujours convaincus", a déclaré M. Bouyer, en marge de la présentation à la presse d'une nouvelle rame Regio 2N, qui va entrer en service le 8 décembre sur le réseau SNCF d'Ile-de-France.

Bombardier a été capable de gagner seul des marchés "très compétitifs" comme ceux de la région Ile-de-France, a souligné M. Bouyer.

Bombardier a vendu 125 nouvelles rames Regio N pour l'Ile-de-France, pour environ 1,5 milliard d'euros, qui vont rentrer en service progressivement jusqu'en 2021.

Les rames Regio 2N, financées par la région, vont être utilisées par la SNCF pour desservir la grande couronne parisienne.

Au total, les énormes marchés du transport régional d'Ile-de-France vont représenter près de 80% de l'activité du site français de Bombardier, l'usine de Crespin dans le Nord, "jusqu'en 2020-21", selon M. Bouyer.

L'usine, devenue "site leader" au sein du groupe sur les rames à deux niveaux, emploie aujourd'hui environ 2.000 personnes, sur les 39.000 que compte le groupe.

Les trains Regio 2N sont bardés de capteurs pour contrôler l'usure du matériel et faciliter la maintenance. Ils sont aussi 15% moins lourds par passager transporté, et doivent consommer 30% d'énergie en moins, selon la SNCF.

Les rames boa - sans séparation entre les wagons - offrent un niveau de confort amélioré aux voyageurs, avec notamment le chauffage par le sol, climatisation et prises électriques 220 volts.

Le groupe a également vendu pour l'Ile-de-France des rames Francilien. Il développe également en consortium avec Alstom les nouvelles rames du RER NG (Nouvelle génération).

© 2017 AFP