Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

À L’AFFICHE !

"La bataille des sexes" : l’égalité homme-femme en jeu

En savoir plus

FOCUS

Vidéo : aux États-Unis, le sort incertain des militaires transgenres

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Chancelière ch. partenaire, et plus si affinités"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Le gouvernement américain tente de bloquer la fusion AT&T - Warner Bros

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"La chancelière chancelle"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Allemagne : le crépuscule d'Angela Merkel ?

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Zimbabwe : Robert Mugabe lâché par son parti

En savoir plus

LE DÉBAT

Allemagne : fin du règne pour l'indéboulonnable Merkel ? (partie 2)

En savoir plus

LE DÉBAT

Allemagne : fin du règne pour l'indéboulonnable Merkel ? (partie 1)

En savoir plus

EUROPE

L'ultimatum de Madrid expire, Rajoy menace de "prendre le contrôle" de la Catalogne

© Pascal Guyot, AFP | Le gouvernement espagnol a promis de "prendre le contrôle" de la Catalogne si la région ne renonçait pas à déclarer son indépendance.

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 19/10/2017

Le président indépendantiste de Catalogne Carles Puigdemont doit répondre, jeudi à 10 h, à l'ultimatum du gouvernement espagnol. Madrid a promis de suspendre l'autonomie de la région, si elle ne renonçait pas à déclarer son indépendance.

Reculer ou foncer ? Si le président indépendantiste de la Catalogne, Carles Puigdemont, ne renonce pas à déclarer l'indépendance de la région, avant jeudi 19 octobre, à 10 h,  le gouvernement espagnol promet d'en "prendre le contrôle".

Le gouvernement présidé par le conservateur Mariano Rajoy compte appliquer l'article 155 de la Constitution, qui lui permet de suspendre tout ou partie de l'autonomie d'une région si celle-ci viole ses obligations légales.

Rôle majeur du Sénat

Le chef du gouvernement ne peut pas unilatéralement déclencher l'article 155, car il doit d'abord sommer le président de la région concernée de revenir à l'ordre constitutionnel, comme il l'a fait le 11 octobre. Ensuite, faute de réponse satisfaisante, il s'adresse au Sénat pour qu'il l'autorise à suspendre tout ou une partie de l'autonomie de la région, une fois examinées les mesures qu'il entend prendre pour l'amener à "respecter ses obligations".

>> À voir : qui est Carles Puigdemont, le Catalan qui défie Madrid ?

Au Sénat, le parti de Mariano Rajoy est majoritaire et le soutiendra pour appliquer les mesures nécessaires. Il devrait aussi pouvoir compter sur le soutien du Parti socialiste. Si les sénateurs entérinent à la majorité absolue les mesures proposées par le chef du gouvernement, il a les mains libres pour les appliquer. Ce feu vert pourrait intervenir début novembre, selon une source parlementaire.

Des élus peuvent être suspendus et remplacés

Concrètement, l'article 155 est vague, dans le sens où il ne détaille pas les "mesures nécessaires", qui peuvent être prises. Selon des spécialistes du droit constitutionnel consultés par l'AFP, il permettrait de "prendre le contrôle des organes politiques et administratifs de la Communauté autonome rebelle".

Des fonctionnaires et des élus peuvent être suspendus et remplacés : le président indépendantiste de Catalogne Carles Puigdemont pourrait donc être remplacé par le préfet de Catalogne, principal représentant de l'État dans la région. Le gouvernement central pourrait assumer les compétences dévolues à Barcelone, "comme l'ordre public ou les services publics".

Selon certains juristes, les mesures pourraient aller de la "suspension du gouvernement régional", au placement des Mossos d'Esquadra (police catalane) sous les ordres du ministère de l'Intérieur et même "à la fermeture du Parlement régional". Enfin, des élections régionales pourraient être organisées : Madrid devrait insister sur ce point pour rassurer les Catalans sur un retour à la normale à terme.

Le gouvernement espagnol dispose d'autres leviers qu'il pourrait activer si nécessaire. Il peut déclencher "l'état d'urgence", "l'état d'exception" ou encore "l'état de siège". Grâce à la loi de "sécurité nationale" promulguée en 2015, il peut également décréter que le pays se trouve dans une "situation mettant en cause la sécurité nationale".

Le gouvernement a déjà pris, en septembre, une mesure exceptionnelle : il a mis sous tutelle les finances de la région, administrant directement les fonds pour les dépenses essentielles, ce qui réduit considérablement la marge de manœuvre de la Catalogne.

Avec AFP

 

Première publication : 19/10/2017

  • ESPAGNE

    Catalogne : Rajoy donne cinq jours à Puigdemont pour clarifier sa position sur l'indépendance

    En savoir plus

  • ESPAGNE

    Catalogne : les indépendantistes déçus, mais Puigdemont conserve leur soutien

    En savoir plus

  • CATALOGNE

    Carles Puigdemont, l'inconnu de Gérone qui fait trembler Madrid

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)