Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

"Une actrice indienne menacée de mort, à cause d'un rôle au cinéma"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Uber piraté massivement

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"TPIY, dernier acte"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Zimbabwe : La fin de l'ère Mugabe

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Zimbabwe : scènes de liesse à Harare après la démission de Mugabe

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Hortefeux : "Si le président prend de bonnes initiatives pour les collectivités, nous le dirons"

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Brice Hortefeux : le poste de Castaner au gouvernement est "sensible, mais pas essentiel"

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"La bataille des sexes" : l’égalité homme-femme en jeu

En savoir plus

FOCUS

Vidéo : aux États-Unis, le sort incertain des militaires transgenres

En savoir plus

F1: Alonso va poursuivre l'aventure McLaren en 2018

© AFP/Archives | Le pilote McLaren Honda Fernando Alonso dans le paddock du circukt de Suzuka, le 5 octobre 2017 avant le GP du Japon

AUSTIN (ETATS-UNIS) (AFP) - 

L'Espagnol Fernando Alonso, double champion du monde de Formule 1, va poursuivre en 2018 sa collaboration McLaren malgré de nombreuses déconvenues depuis son arrivée en 2015, a annoncé jeudi l'écurie britannique en marge du Grand Prix des Etats-Unis.

Alonso, 36 ans, a signé un contrat d'un an avec McLaren et aura, comme en 2017, pour coéquipier le Belge Stoffel Vandoorne.

"C'est fantastique d'être en mesure de continuer ma collaboration avec McLaren, c'est ce que mon coeur me disait toujours de faire, car je me sens chez moi ici", a-t-il expliqué dans un communiqué.

"C'est une écurie fantastique, avec des gens incroyables en son sein. (...) McLaren a les ressources techniques et la puissance financière pour gagner très rapidement des courses et des titres mondiaux en F1", a-t-il estimé.

Depuis son retour au sein de l'écurie britannique, en 2015, où il avait déjà évolué en 2007, Alonso court toujours après son premier podium.

En proie à des problèmes avec le moteur Honda, il pointe à la 16e place du classement général du Championnat du monde 2017 avec seulement dix points, juste derrière son coéquipier (13 pts).

Alonso s'est longuement interrogé sur son avenir en F1 la saison prochaine, découragé par les piètres performances du moteur Honda qui équipe McLaren.

McLaren, dont le dernier titre mondial "constructeurs" remonte à 1998, a convaincu Alonso en divorçant mi-septembre de Honda et en optant à partir de 2018, et jusqu'en 2020, pour le constructeur français Renault.

L'écurie britannique lui a également permis de réaliser l'un de ses rêves en participant en mai dernier aux 500 miles d'Indianapolis.

Alonso ne cache pas vouloir s'imposer comme "le meilleur pilote au monde". A défaut de conquérir un nouveau titre dans la catégorie-reine du sport automobile, il avait envisagé de quitter la discipline pour s'engager en Indycar et en endurance, en quête de la "Triple Couronne" du sport auto.

Déjà vainqueur à deux reprises du GP de Monaco, en 2006 et 2007, Alonso regarde du côté des deux autres courses les plus prestigieuses du sport auto: les 500 miles d'Indianapolis, auxquelles il a participé cette année (abandon sur casse moteur à 21 tours de l'arrivée), et les 24 Heures du Mans.

"Avec Fernando, on ne peut pas avoir de meilleur pilote, un pilote capable de vous donner les résultats que vous attendez un dimanche de course", s'est réjoui Eric Boullier, le directeur de McLaren.

© 2017 AFP