Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

À L’AFFICHE !

"La bataille des sexes" : l’égalité homme-femme en jeu

En savoir plus

FOCUS

Vidéo : aux États-Unis, le sort incertain des militaires transgenres

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Chancelière ch. partenaire, et plus si affinités"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Le gouvernement américain tente de bloquer la fusion AT&T - Warner Bros

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"La chancelière chancelle"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Allemagne : le crépuscule d'Angela Merkel ?

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Zimbabwe : Robert Mugabe lâché par son parti

En savoir plus

LE DÉBAT

Allemagne : fin du règne pour l'indéboulonnable Merkel ? (partie 2)

En savoir plus

LE DÉBAT

Allemagne : fin du règne pour l'indéboulonnable Merkel ? (partie 1)

En savoir plus

Macron officialise la reconnaissance du drapeau européen par la France

© AFP | Le président Emmanuel Macron devant le drapeau européen à Francfort en Allemagne, le 10 octobre 2017

BRUXELLES (AFP) - 

Emmanuel Macron a officiellement effectué la démarche pour que la France reconnaisse les symboles européens, comme le drapeau, dont la présence à l'Assemblée nationale est contestée par certains partis, dont La France insoumise, a annoncé jeudi l'Elysée en marge d'un sommet européen à Bruxelles.

Dans un courrier adressé cette semaine au président du Conseil européen Donald Tusk, le président français annonce que la France rejoint les 16 autres pays reconnaissant le drapeau bleu aux 12 étoiles et les autres symboles de l'UE.

"Je suis très heureux, à l?occasion de ce Conseil européen, là où plusieurs cherchent aujourd?hui à créer des divisions, un repli français, de réaffirmer l?attachement de la France au drapeau et à l?hymne européen", a déclaré M. Macron avant le début du sommet à Bruxelles.

Il avait annoncé le 10 octobre sa décision à l'occasion d'un débat sur l'Europe à Francfort (Allemagne). La reconnaissance, avait-il expliqué, "ne permettra pas à certains d'enlever le drapeau européen de l'hémicycle français ou de tout autre lieu".

La semaine précédente, les députés de La France Insoumise (gauche radicale) avaient déposé un amendement prévoyant que "seuls peuvent être présents dans l'hémicycle le drapeau tricolore (...) et le drapeau de l'Organisation des Nations unies (ONU)", revenant à éliminer le drapeau étoilé de l'Europe.

Cet amendement a été ensuite rejeté.

Le courrier de M. Macron, dont la teneur n'a pas été rendue publique par l'Elysée, est l'acceptation de la Déclaration 52 du Traité de Lisbonne, qui stipule que "le drapeau représentant un cercle de douze étoiles d'or sur fond bleu, l'hymne tiré de "L'Ode à la joie" de la Neuvième symphonie de Beethoven, la devise +Unie dans la diversité+, l'euro en tant que monnaie de l'UE et la Journée de l'Europe le 9 mai continueront d'être les symboles de l'appartenance commune des citoyens à l'UE et de leur lien avec celle-ci".

"C?est un geste avant tout symbolique et politique", explique l'Elysée. "La France confirme ainsi son attachement aux symboles européens, non seulement le drapeau mais aussi l?hymne ou la journée de l?Europe".

A Francfort, M. Macron avait rappelé que le jour de son élection il avait fait jouer, juste avant son premier discours, "l'Hymne à la Joie" de Beethoven, qui est l'hymne européen.

Le drapeau européen a fait son entrée pour la première fois dans l'hémicycle en 2008 à l'occasion de la présidence française de l'Union européenne, alors que l'Assemblée nationale était présidée par l'UMP Bernard Accoyer.

Mais les souverainistes de droite ou de gauche refusent ce qu?ils considèrent comme des symboles supranationaux.

© 2017 AFP