Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Zimbabwe : retenu par l'armée Robert Mugabe préside tout de même une cérémonie

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Le baiser imposé d'Al Franken

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

COP 23 en Allemagne : une occasion manquée ?

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Crise au Liban : La France à la manoeuvre

En savoir plus

TECH 24

Quoi de neuf, e-docteur ?

En savoir plus

LE GROS MOT DE L'ÉCO

Taux directeur : le diapason système bancaire

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Afrique - Chine : le piège de la dépendance ?

En savoir plus

#ActuElles

Consentement sexuel des mineur(e)s : quel âge minimum ?

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La France, terre de vin et de tourisme

En savoir plus

Amériques

"Il savait pour quoi il s'engageait" : les propos polémiques de Trump à la veuve d'un soldat

© Nicholas Kamm, AFP | Le président américain Donald Trump à la Maison Blanche le 27 juin 2017.

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 19/10/2017

Régulièrement critiqué pour son manque d'empathie, le président américain, Donald Trump est accusé, cette fois, d'avoir manqué de respect à la veuve d'un soldat mort au combat, lors d'un appel téléphonique.

Le président américain Donald Trump était empêtré, mercredi 18 octobre, dans une nouvelle polémique liée à son manque d’empathie. Cette fois, ce sont ses propos tenus à la veuve d’un soldat mort au combat qui suscitent la controverse.

Le sergent, La David T. Johnson, âgé de 25 ans, est tombé le 4 octobre dans une embuscade d'un groupe jihadiste au Niger. Sa dépouille est arrivée, mardi, à l'aéroport de Miami, en Floride. Alors qu'elle était en route pour accueillir son cercueil, son épouse, Myeshia Johnson, enceinte de leur troisième enfant, a reçu un appel de Donald Trump dans la voiture, selon Frederica Wilson, élue démocrate de Floride à la Chambre des représentants.

>> À lire : "Larry Flynt, le fondateur du magazine Hustler, offre 10 millions de dollars pour destituer Trump"

"Je n'ai pas entendu toute la conversation téléphonique mais je l'ai entendu dire : ‘Je suis sûr qu'il savait ce pour quoi il s'engageait, mais ça reste douloureux’", a affirmé la parlementaire sur CNN. "Cet homme est malade. Il a un cœur de pierre et ne ressent de pitié ou de sympathie pour personne. C'est une veuve en deuil", s'est-elle indignée.

"L'élue démocrate a complétement inventé ce que j'ai dit à l'épouse d'un soldat mort au combat (et j'ai la preuve). Triste !", a rétorqué Donald Trump sur Twitter. De quelle preuve parlait-il ? Dispose-t-il d'un enregistrement ? "Non", a répondu sa porte-parole Sarah Huckabee-Sanders, "mais il y avait plusieurs personnes dans la pièce".

"Affligeant"

Tout en refusant de confirmer ou d'infirmer les mots exacts utilisés par le président, cette dernière a assuré que son appel avait été "très respectueux". Elle a aussi jugé "affligeant" qu'une élue cherche à politiser ce dossier, une accusation qui a été portée contre le président par nombre d'élus démocrates

La mère du sergent, Cowanda Jones-Johnson, a confirmé qu'elle avait mal vécu cet appel : "Le président Trump a bien manqué de respect à mon fils et ma fille, ainsi qu'à moi et mon mari", a-t-elle affirmé au Washington Post.

>> À voir : "La visite surréaliste de Trump à Porto Rico"

Le locataire de la Maison Blanche est souvent accusé de ne pas savoir trouver le ton juste lorsque les Américains sont confrontés à une épreuve douloureuse, comme lors du récent ouragan qui a dévasté Porto Rico. En ce qui concerne les familles des soldats tombés au combat, le président américain a affirmé faire son travail, contrairement à ses prédécesseurs : "Si vous regardez le président Obama et d'autres présidents, la plupart d'entre eux n'ont pas appelé".

Le Washington Post a interrogé les familles de 13 Américains tués au combat depuis son arrivée au pouvoir. Selon le quotidien, la moitié environ a reçu un appel du président, les autres n'ont jamais eu de signe de lui. L'un d'eux, Chris Baldridge, père de Dillon Baldridge, 22 ans, tué en juin en Afghanistan, a affirmé que Donald Trump lui avait proposé, à sa grande surprise, de lui donner 25 000 dollars de sa poche. Mais la somme n'a, selon lui, jamais été versée. "Le chèque a été envoyé", a cependant assuré Lindsay Walters, porte-parole de l'exécutif américain.

Avec AFP

Première publication : 19/10/2017

  • DIPLOMATIE

    Sur l'Iran, Macron juge "mauvaise" la méthode de Trump

    En savoir plus

  • IRAN

    Nucléaire iranien : entre irritation et moquerie, les Iraniens répondent à Donald Trump

    En savoir plus

  • ÉTATS-UNIS

    Donald Trump ne certifiera pas l'accord sur le nucléaire iranien

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)