Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

RDC: "Nous n'excluons pas des mesures de rétorsion contre l'UE" (Léonard She Okitundu)

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Climat : faut-il encore rappeler l'urgence de la situation ?

En savoir plus

LE DÉBAT

One Planet Summit : Sans les Etats-Unis, qui va payer pour le climat ?

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Jean-Louis Debré : "La droite devrait prendre le temps de la réflexion"

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Jean-Louis Debré : "Chirac est à l'origine de la prise de conscience" sur l'environnement

En savoir plus

FOCUS

En Espagne, le Tage est en danger

En savoir plus

À L’AFFICHE !

La "très grande mélancolie" de Lamia Ziadé

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Trump, la Lune, Mars, et au-delà"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

La finance verte peut-elle (vraiment) aider la planète ?

En savoir plus

EUROPE

Catalogne : Madrid est prêt à lancer la procédure de suspension partielle de l'autonomie

© Emmanuel Dunand, AFP | Le Premier ministre espagnol, Mariano Rajoy, en conférence de presse, à Bruxelles, le 20 octobre 2017.

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 20/10/2017

Après avoir obtenu l'accord de l'opposition, le gouvernement espagnol devrait révéler, samedi, à l'issue d'un conseil des ministres extraordinaire, les modalités de la prise de contrôle temporaire des institutions catalanes.

Le gouvernement espagnol a obtenu, vendredi 20 octobre, le soutien de l'opposition pour mettre la Catalogne sous tutelle et convoquer des élections en janvier 2018 afin de trouver une issue à la crise née des velléités d'indépendance de la plus riche région d'Espagne.

Cette solution est possible en vertu de l'article 155 de la Constitution espagnole de 1978, qui n'a jamais été utilisé et permet à Madrid d'agir ainsi et de suspendre l'autonomie de la région.

>> À voir aussi : Catalogne : la procédure de divorce enclenchée ?

Les modalités de la prise de contrôle temporaire des institutions catalanes n'ont pas été détaillées. Mariano Rajoy, président du gouvernement, devrait les révéler samedi 21 octobre à l'issue d'un conseil des ministres extraordinaire.

Rassembler gouvernement et opposition

Mariano Rajoy, soucieux de présenter une image consensuelle face à une crise sans précédent, voulait obtenir l'accord du Parti socialiste (PSOE), principale formation de l'opposition, avant d'ordonner la dissolution du Parlement catalan. Il s'est en outre assuré du soutien des centristes de Ciudadanos.

Le Sénat devrait se prononcer vendredi prochain sur cette mesure de tutelle inédite, a dit une porte-parole de la chambre haute. Une commission spéciale doit être formée pour en débattre et se réunira probablement lundi.

L'analyse de Mélina Huet, correspondante à Madrid

Ensuite, Carles Puigdemont, président de l'exécutif catalan, sera autorisé à faire valoir ses arguments, par écrit ou en personne, et le Sénat, où les conservateurs du Parti populaire (au pouvoir) sont majoritaires, se réunira en séance plénière.

Ce calendrier a été fourni par la socialiste Carmen Salvo. Interrogée sur l'antenne de la chaîne de télévision publique TVE, elle a déclaré que la tenue d'élections anticipées en janvier faisait partie des mesures envisagées par Madrid. Ce que le porte-parole du gouvernement, Inigo Mendez de Vigo, n'a pas démenti. "L'issue logique de ce processus serait la tenue d'élections, organisées conformément à la loi", a-t-il dit lors de son briefing hebdomadaire.

Les banques comme outil de protestation

Quelques heures plus tôt, des centaines de Catalans avaient imaginé une nouvelle manière de protester : retirer de l'argent. Objectif : dénoncer la "répression" de Madrid et le transfert de sièges sociaux de banques hors de la région, que le gouvernement a facilité, en faisant en masse des retraits symboliques ou importants.

"C'est une manière de protester", expliquait à l'AFP Roser Cobos, une avocate de 42 ans qui a retiré 1 714 euros, en référence à l'année de la chute de Barcelone aux mains des troupes du roi Felipe V.

Le bras de fer politique entre Madrid et le pouvoir exécutif catalan dure depuis des semaines et l'organisation, jugée illégale par la Cour constitutionnelle, d'un référendum d'autodétermination en Catalogne le 1er octobre.

Pour Laurent Leygue, la tenue de nouvelles élections en Catalogne est un pari risqué

L'Union européenne juge la situation en Espagne préoccupante mais elle n'a aucune intention d'entrer dans une médiation entre Madrid et Barcelone.

S'exprimant en marge d'un Conseil européen à Bruxelles, auquel Mariano Rajoy participait, la chancelière allemande, Angela Merkel, et le président français, Emmanuel Macron, ont toutefois tous deux exprimé leur soutien à Madrid.

Avec Reuters et AFP

Première publication : 20/10/2017

  • ESPAGNE

    Indépendance de la Catalogne : Madrid et Barcelone temporisent

    En savoir plus

  • ESPAGNE

    L'ultimatum de Madrid expire, Rajoy menace de "prendre le contrôle" de la Catalogne

    En savoir plus

  • ESPAGNE

    Puigdemont promet l'indépendance de la Catalogne mais tend la main à Madrid

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)