Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

MODE

Azzedine Alaïa, disparition d'un géant

En savoir plus

REPORTERS

Vidéo : avec Trump, la fin du rêve américain pour les musulmans ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Au Zimbabwe, "la tâche peu enviable de Mnangagwa"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Le "vendredi noir" débarque en France

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Dix viols par jour au travail : on fait quoi ?"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Libye : "je ne suis pas à vendre"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Morgan Tsvangirai met en garde contre une extension du système Mugabe

En savoir plus

LE DÉBAT

Migrants esclaves en Libye : l'Europe coupable ?

En savoir plus

POLITIQUE

Emmanuel Macron face aux maires : jacobin ou girondin?

En savoir plus

Catalogne: Madrid et Barcelone vers le choc frontal, l'UE refuse d'arbitrer

MADRID (AFP) - 

Madrid a fait jeudi un pas de plus vers une suspension de l'autonomie de la Catalogne, en accusant l'exécutif séparatiste de la région de chercher "l'affrontement systématique", dans une crise où l'UE a clairement écarté l'idée de jouer un rôle de médiateur.

"On ne va pas vous cacher que la situation est préoccupante", a concédé le président du Conseil européen, Donald Tusk, lors d'un sommet des dirigeants de l'UE à Bruxelles: "Mais il n'y a pas de place, pas d'espace pour une médiation, une initiative ou une action internationales", a-t-il insisté, soutenant ainsi fortement la position de Madrid.

"Nous soutenons la position du gouvernement espagnol (...) Nous espérons aussi que des solutions pourront être trouvées sur la base de la Constitution espagnole", avait déclaré auparavant Mme Merkel en arrivant à Bruxelles.

Les dirigeants européens vont "envoyer" un "message d'unité autour de l'Espagne", a renchéri le président français Emmanuel Macron, qui a rencontré M. Rajoy en fin d'après-midi.

Autant de messages de soutien donc à la position de Madrid, alors que le président indépendantiste catalan Carles Puigdemont n'a toujours pas répondu à la mise en demeure du gouvernement espagnol, qui l'avait sommé de préciser jeudi au plus tard s'il avait, oui ou non, déclaré l'indépendance de sa riche région de 7,5 millions d'habitants.

De même, M. Puigdemont n'a toujours pas cédé à la demande de Madrid de "rétablir l'ordre constitutionnel" en Catalogne, où vivent 16% des Espagnols.

"Si le gouvernement persiste à empêcher le dialogue et poursuivre la répression, le Parlement de Catalogne pourra procéder (...) au vote d'une déclaration formelle d'indépendance", a-t-il seulement déclaré jeudi matin, dans une lettre adressée au chef du gouvernement espagnol Mariano Rajoy.

Ce courrier, dernier épisode d'un conflit sans précédent entre le gouvernement central espagnol et une de ses régions depuis que l'Espagne est redevenue démocratique en 1977, a clairement été interprétée comme une menace par Madrid.

Le gouvernement espagnol, accusant les dirigeants catalans de "chercher, délibérément et systématiquement, l'affrontement institutionnel", a ainsi promis de "restaurer au plus vite la légalité et l'ordre constitutionnel" en déclenchant l'article 155 de la Constitution, qui permet de suspendre tout ou partie de l'autonomie d'une région.

- Catalogne = Crimée ? -

C'est après cette annonce que Mariano Rajoy s'est rendu à Bruxelles pour le Conseil européen, où les dirigeants de l'Union lui ont réitéré leur confiance.

"Le soutien des institutions européennes est plus fort que jamais", a assuré à la presse le chef de l'opposition socialiste espagnole, Pedro Sanchez, qui fait front commun avec M. Rajoy sur le sujet.

Même le Premier ministre belge Charles Michel, qui avait émis des critiques sur la gestion de la crise par Madrid, en a profité pour démentir tout "incident" diplomatique avec l'Espagne évoqué dans la presse de son pays.

Seule ombre au tableau dans ce concert de soutiens, l'ironie de Vladimir Poutine, qui a dénoncé un "deux poids deux mesures" de l'Union européenne, mettant la Catalogne sur le même plan que la Crimée, dont l'annexion par la Russie au détriment de l'Ukraine en 2014 après un référendum avait valu à Moscou des sanctions européennes.

- Puigdemont entre deux feux -

Les mesures de suspension de l'autonomie seront définies samedi lors d'un conseil des ministres extraordinaire qui devra les transmettre au Sénat, en vue de leur validation fin octobre.

La longueur de la procédure permet "que les acteurs aient plus de marge de manoeuvre pour une éventuelle négociation", explique le politologue Pablo Simon.

Pour lui, "le gouvernement central tente un coup politique: il veut voir si l'unité dans le bloc indépendantiste se fissure et si on va à des élections", a-t-il expliqué à l'AFPTV, une éventualité pour l'heure écartée par les séparatistes qui ont dit leur volonté d'être "toujours coordonnés".

Cela n'empêche pas Carles Puigdemont d'être tiraillé.

La CUP, son allié-clé d'extrême gauche, qui souhaite la naissance immédiate d'une république catalane indépendante, a appelé à de nouvelles manifestations dès jeudi soir. Une centaine de militants ont d'ailleurs répondu à l'appel, sous des trombes d'eau, devant la préfecture de Barcelone, aux cris de "dehors les forces d'occupation!" et "Inde-Inde-indépendance".

Les milieux économiques le pressent, eux, de reculer. Plus de 900 entreprises ont déjà transféré leur siège social hors de la région depuis le référendum d'autodétermination interdit du 1er octobre, et le tourisme chute.

Si les séparatistes maintiennent pourtant que les 2 millions de Catalans qui ont -selon leurs chiffres- voté "oui" à l'indépendance leur ont conféré un "mandat populaire" pour déclarer l'indépendance, la société catalane est profondément divisée.

"Je suis saturé, là. (...) Chaque jour, il y a +une échéance très importante+", se lamente Albert Puig, interrogé par l'AFP jeudi dans les rues de Barcelone. "J'ai beau m'informer, je ne vois pas d'avancée", ajoute l'informaticien de 35 ans, qui se dit "plutôt en faveur des indépendantistes" mais ne sait plus "très clairement quoi penser".

"Avec une menace d'indépendance sur la table, le dialogue est très difficile, pour ne pas dire impossible", a estimé de son côté le chef des socialistes catalans, Miquel Iceta.

Par Adrien VICENTE

© 2017 AFP