Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

MARDI POLITIQUE

Hortefeux : "Si le président prend de bonnes initiatives pour les collectivités, nous le dirons"

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"La bataille des sexes" : l’égalité homme-femme en jeu

En savoir plus

FOCUS

Vidéo : aux États-Unis, le sort incertain des militaires transgenres

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Chancelière ch. partenaire, et plus si affinités"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Le gouvernement américain tente de bloquer la fusion AT&T - Warner Bros

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"La chancelière chancelle"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Allemagne : le crépuscule d'Angela Merkel ?

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Zimbabwe : Robert Mugabe lâché par son parti

En savoir plus

LE DÉBAT

Allemagne : fin du règne pour l'indéboulonnable Merkel ? (partie 2)

En savoir plus

Moyen-Orient

Les heurts entre troupes irakiennes et kurdes font craindre un embrasement dans la région

© AFP | Des combats opposent ces derniers jours les peshmerga kurdes aux forces irakiennes dans la région de Kirkouk.

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 20/10/2017

Des combats opposent ces derniers jours les peshmerga aux forces irakiennes dans la région d'Altun Kupri, entre Erbil et Kirkouk. Un regain de tensions qui fait redouter un embrasement dans le nord de l'Irak, tout juste débarrassé de l'EI.

Les forces irakiennes ont repris, vendredi 20 octobre, aux peshmerga kurdes la dernière zone qu'ils contrôlaient dans la province disputée de Kirkouk, à 50 km d'Erbil, la capitale du Kurdistan irakien, a indiqué un responsable de la sécurité.

"Affrontements entre Kurdes et forces irakiennes à Altoun Koupri, au nord de Kirkouk"
Dans un tweet, le correspondant du LA Times décrit d'"importants combats entre kurdes et troupes irakiennes" et des "tirs de mortiers"

La région d'Altun Kupri a été reprise par les forces irakiennes après d'intenses combats. Cette zone agricole est stratégique car située à équidistance entre les villes de Kirkouk et d'Erbil (50 km), à la limite entre les deux provinces. La première est placée selon la Constitution sous l'autorité de Bagdad et la seconde est le siège des autorités du Kurdistan irakien, qui bénéficie depuis 1991 d'une autonomie, élargie en 2005. C'est par cette zone que transitent les échanges commerciaux et touristiques entre le Kurdistan et le reste du territoire irakien.

Des affrontements avaient lieu également entre les peshmerga et les troupes irakiennes appuyées par les unités paramilitaires du Hachd al-Chaabi, alliés à l'armée, qui tentent d'avancer vers Sirawa, à 5 km au nord d'Altun Kupri.

En représailles au référendum d'autodétermination organisé le 25 septembre dans la région autonome, malgré l'interdiction de Bagdad, les troupes fédérales irakiennes et ses alliées ont évincé depuis dimanche les forces kurdes de la riche province pétrolière de Kirkouk (nord-est), des provinces de Ninive (nord) et de Diyala (est). Dans la très grande majorité des cas, il n'y avait pas eu de combats, les peshmerga s'étant retirés en vertu d'un accord de certains de leurs dirigeants avec Bagdad.

La rapidité avec laquelle les troupes irakiennes se sont imposées face aux combattants kurdes quelques jours après avoir chassé le groupe État islamique (EI) de la province de Kirkouk montre le changement radical du rapport de forces en Irak, affirment des experts. 

Pendant quatorze ans, face à une armée impuissante, humiliée lors de l'invasion du pays conduite par les États-Unis en 2003, les peshmerga ont systématiquement grignoté du terrain dans les zones que se disputaient Bagdad et Erbil.

Cette semaine pourtant, il n'aura fallu que 48 heures aux forces gouvernementales pour reprendre le terrain perdu sans quasiment rencontrer d'opposition.

Avec AFP et Reuters

Première publication : 20/10/2017

  • IRAK

    "Le gouvernement régional kurde est dans une impasse"

    En savoir plus

  • KURDISTAN IRAKIEN

    Irak : Bagdad reprend la quasi-totalité des champs pétroliers de Kirkouk

    En savoir plus

  • IRAK

    Les forces irakiennes ont pris le contrôle du siège du gouvernorat de Kirkouk

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)