Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Zimbabwe : retenu par l'armée Robert Mugabe préside tout de même une cérémonie

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Le baiser imposé d'Al Franken

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

COP 23 en Allemagne : une occasion manquée ?

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Crise au Liban : La France à la manoeuvre

En savoir plus

TECH 24

Quoi de neuf, e-docteur ?

En savoir plus

LE GROS MOT DE L'ÉCO

Taux directeur : le diapason système bancaire

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Afrique - Chine : le piège de la dépendance ?

En savoir plus

#ActuElles

Consentement sexuel des mineur(e)s : quel âge minimum ?

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La France, terre de vin et de tourisme

En savoir plus

La famille nord-américaine d'ex-otages séquestrée 5 ans au Pakistan (chef de la CIA)

© SITE/AFP | Les otages Caitlan Coleman (L) et son mari Joshua Boyle, sur une capture d'écran fournie par Site Intelligence Group, le 12 octobre 2017

WASHINGTON (AFP) - 

Le couple nord-américain kidnappé par un groupe affilié aux Talibans en Afghanistan a été retenu en otage pendant cinq ans au Pakistan jusqu'à sa libération la semaine dernière, a affirmé jeudi le chef de la CIA Mike Pompeo.

Cette version contredit celle de l'armée pakistanaise, qui affirme avoir libéré le couple Boyle et ses trois enfants sur la base d'informations américaines indiquant qu'ils venaient juste d'être transférés au Pakistan depuis l'Afghanistan.

"Nous avons eu un excellent résultat la semaine dernière, quand nous avons pu ramener quatre citoyens américains, qui avaient été retenus pendant cinq ans au Pakistan", a déclaré Mike Pompeo lors d'une conférence à Washington.

La question du temps que la famille a passé d'un côté ou de l'autre de la frontière séparant l'Afghanistan du Pakistan est essentielle aux yeux des autorités américaines. L'Américaine Caitlan Coleman et son époux canadien Joshua Boyle avaient été kidnappés dans une région reculée d'Afghanistan en 2012. Leurs trois enfants sont nés en captivité.

Washington soupçonne le Pakistan d'entretenir des liens avec le groupe Haqqani, le réseau extrémiste affilié aux Talibans accusé d'avoir retenu en otages la famille Boyle. Elle a été libérée peu avant la visite la semaine prochaine du chef de la diplomatie américaine Rex Tillerson, qui devrait à cette occasion faire pression sur Islamabad.

"Le passé semble indiquer que les attentes sur la volonté des Pakistanais de nous aider à combattre l'islamisme radical devraient être assez basses. Nos services de renseignement indiquent la même chose", a souligné Mike Pompeo.

"Je crois que nous devrions avoir une vraie conversation avec eux sur ce qu'ils font et ce qu'ils devraient plutôt faire, ainsi que les attentes américaines sur comment ils devraient se comporter", a-t-il ajouté.

Le président américain Donald Trump veut convaincre les talibans afghans qu'ils n'ont aucune chance d'obtenir une victoire militaire et devraient donc tenter de négocier un accord de paix avec Kaboul. Mais Mike Pompeo a affirmé jeudi qu'il n'y avait aucune chance que cela se produise si les combattants talibans continuaient de profiter d'un refuge du côté pakistanais de la frontière.

© 2017 AFP