Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Nigéria : de l’inquiétude à la colère

En savoir plus

LE DÉBAT

Etats-Unis : débat sur les armes : Une législation à redéfinir ? (Partie 2)

En savoir plus

LE DÉBAT

Etats-Unis : débat sur les armes : Une législation à redéfinir ? (Partie 1)

En savoir plus

POLITIQUE

Rythme des réformes : Emmanuel Macron ne veut pas ralentir

En savoir plus

FOCUS

"La rue, c’est la jungle" : quels dispositifs pour les sans-abri ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Manu Payet, paré pour les César

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

L'antisèche de Trump pour être sympathique devant les survivants d'une fusillade

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Air France : le tour de chauffe des syndicats

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

La France craint un "cataclysme" en Syrie

En savoir plus

Amériques

De retour sur la scène politique, Obama tacle Trump sans le nommer

© Alex Wong, Getty Images North America, AFP | L’ancien président américain Barack Obama photographié le 19 octobre 2017 à à Richmond, en Virginie.

Vidéo par Gallagher FENWICK

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 20/10/2017

L'ex-président des États-Unis Barack Obama a fait une apparition remarquée, jeudi, dans le bouillonnement des réunions de campagne électorale, dénonçant l'évolution de la politique américaine, sans pour autant mentionner le nom de son successeur.

Dans l’ombre depuis son départ de la Maison Blanche, Barack Obama a remis, jeudi 19 octobre, un pied dans l'arène politique pour soutenir des candidats démocrates, lors de réunions de campagne dans le New Jersey et en Virginie. L’ancien président américain a saisi cette occasion pour déplorer un retour en arrière politique, sans toutefois nommer son successeur, Donald Trump

"La politique actuelle... nous croyions en avoir fini il y a longtemps... Les gens ont cinquante ans de retard ! Nous sommes au XXIe siècle, pas au XIXe..." a-t-il ironisé. Après avoir participé à une réunion dans le New Jersey pour soutenir le démocrate briguant le poste de gouverneur, Philip Murphy, il s’est rendu 500 km plus au Sud, à Richmond, en Virginie, pour un meeting de soutien à Ralph Northam.

Plus de six heures avant son arrivée, des sympathisants démocrates, dont certains portaient un t-shirt à l'effigie de leur "héros", faisaient déjà la queue pour être certains d'entrer dans la salle. Longuement ovationné, Barack Obama a appelé les électeurs à aller voter pour "envoyer un message résonnant dans tout ce beau pays et dans le monde".

>> À lire : Larry Flynt offre 10 millions de dollars pour destituer Trump

"Si pour remporter une campagne, on doit diviser la population, alors on ne sera pas capable de la gouverner", a-t-il lancé, dans un sous-entendu voilé à l'attention de Donald Trump. "Notre valeur est au plus haut non pas quand nous rabaissons les gens mais quand nous essayons d'élever tout le monde ensemble", a-t-il ajouté, en référence aux récents événements qui ont agité Charlottesville, théâtre d'une violente manifestation de militants d'extrême droite rassemblés autour d'un monument confédéré.

Depuis qu'il a quitté ses fonctions le 20 janvier, Barack Obama s'était tenu à l'écart du débat politique, fidèle à une tradition de réserve observée par ses prédécesseurs. Ce qui n'empêche pas quelques critiques obliques envers son successeur, qui attaque sans cesse son bilan.

Après trois mois de vacances, l’ex-président s'est attelé à la rédaction de ses mémoires, n'a que rarement pris la parole en public et n'a donné pratiquement aucune interview. Les quelques fois où il a brisé le silence, il l'a fait sur des sujets d'importance nationale, comme l'immigration, la couverture santé ou la lutte contre le réchauffement climatique.

Avec AFP

 

Première publication : 20/10/2017

  • ÉTATS-UNIS

    Fin de la protection des "Dreamers" aux États-Unis : "C'est de ma vie qu'il s'agit"

    En savoir plus

  • ÉTATS-UNIS

    Trump met fin au programme de protection des jeunes migrants clandestins

    En savoir plus

  • ÉTATS-UNIS

    Donald Trump déclare la guerre à l'immigration clandestine mais épargne les "Dreamers"

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)