Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Zimbabwe : retenu par l'armée Robert Mugabe préside tout de même une cérémonie

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Le baiser imposé d'Al Franken

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

COP 23 en Allemagne : une occasion manquée ?

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Crise au Liban : La France à la manoeuvre

En savoir plus

TECH 24

Quoi de neuf, e-docteur ?

En savoir plus

LE GROS MOT DE L'ÉCO

Taux directeur : le diapason du système bancaire

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Afrique - Chine : le piège de la dépendance ?

En savoir plus

#ActuElles

Consentement sexuel des mineur(e)s : quel âge minimum ?

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La France, terre de vin et de tourisme

En savoir plus

Pour les Etats-Unis, la nomination de Mugabe comme ambassadeur de l'OMS "contredit les idéaux de l'ONU"

© AFP/Archives | Zimbabwean President Robert Mugabe's appointment as a World Health Organization goodwill ambassador has unleashed a storm of international criticism

WASHINGTON (AFP) - 

La nomination du président zimbabwéen Robert Mugabe comme ambassadeur de bonne volonté de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) "contredit les idéaux de l'ONU", ont dénoncé samedi les Etats-Unis, se joignant aux nombreuses critiques dans le monde.

"Le gouvernement américain a imposé des sanctions contre le président Mugabe en raison de crimes contre son peuple et de la menace qu'il représente pour la paix et la stabilité. Cette nomination contredit clairement les idéaux des Nations unies de respect des droits de l'homme et de la dignité humaine", a affirmé à l'AFP le département d'Etat américain.

Le directeur général de l'OMS, Tedros Adhanom Ghebreyesus, a demandé cette semaine à Robert Mugabe, âgé de 93 ans, de servir comme ambassadeur de bonne volonté pour aider à lutter contre les maladies non transmissibles comme les attaques cardiaques ou l'asthme en Afrique.

Cette nomination a soulevé de vives critiques dans le monde, de la part d'Etats membres de l'OMS comme des ONG qui dénoncent l'effondrement du système de santé zimbabwéen et de nombreux services publics.

Face à ces critiques, M. Ghebreyesus a indiqué samedi qu'il était en train de "repenser la question".

© 2017 AFP