Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Bioéthique : coup d'envoi de 6 mois de débats

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Sénégal-Casamance, toutes les autorisations de coupe de bois suspendues

En savoir plus

POLITIQUE

Notre-Dame-des-Landes : une décision moins risquée pour l’exécutif ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Cinéma : sur le tapis rouge du dernier film de Spielberg, "Pentagon Papers"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Péninsule coréenne : la diplomatie des Jeux olympiques fait "fondre la glace"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Aux États-Unis, l'ardoise fiscale s’alourdit pour Apple

En savoir plus

FOCUS

Moyen-Orient : enquête sur le phénomène galopant des tempêtes de sable

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Sommet franco-britannique : la "diplomatie du tapis"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Notre-Dame-des-Landes : le gouvernement abandonne

En savoir plus

Afrique

Tollé après la nomination de Mugabe comme "ambassadeur de bonne volonté de l'OMS"

© Jekesai Njikizana, AFP | Le président zimbabwéen Robert Mugabe, le 13 avril 2016.

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 22/10/2017

L'OMS a invoqué samedi les efforts du Zimbabwe contre le tabac et contre les maladies non transmissibles pour justifier sa décision de nommer Robert Mugabe "ambassadeur de bonne volonté", provoquant un déferlement de critiques.

"Quand j'ai entendu parler de la nomination de Robert Mugabe par l'Organisation mondiale de la santé (OMS), franchement j'ai cru à un mauvais poisson d'avril." Le Premier ministre canadien Justin Trudeau s'est joint au concert de critiques à l'encontre de l'OMS, samedi 21 octobre, en jugeant "ridicule" et "absolument inacceptable" la nomination du président zimbabwéen comme ambassadeur de bonne volonté par l'organisation.

Dans un premier temps, l'OMS avait invoqué samedi les efforts du Zimbabwe contre le tabac et contre les maladies non transmissibles pour justifier cette nomination.

L'OMS "à l'écoute" est en train de "repenser la question"

Le système de santé au Zimbabwe, comme beaucoup d'autres services publics, s'est effondré sous le régime autoritaire et répressif de Mugabe. La plupart des hôpitaux manquent de médicaments et d'équipements, les infirmières et les médecins sont régulièrement laissés sans salaire. Le principal parti d'opposition, le MDC, a estimé que cette nomination était "risible".

"La corruption de Mugabe a décimé le système de santé du Zimbabwe, mais l'OMS le nomme ambassadeur", a tweeté l'un des directeurs de l'ONG Human Rights Watch.

L'OMS fera-t-elle machine arrière ? Le directeur général de l'OMS, Tedros Adhanom Ghebreyesus, a annoncé samedi qu'il était en train de "repenser la question" après les vives réactions qui lui sont parvenues du monde entier. "J'écoute. J'entends vos préoccupations. Je suis en train de repenser la question conformément aux valeurs de l'OMS. Je vais publier une déclaration dès que possible", a-t-il écrit sur Twitter.

Avec AFP et Reuters

Première publication : 21/10/2017

  • AFRIQUE DU SUD-ZIMBABWE

    Afrique du Sud : Grace Mugabe obtient l'immunité et rentre à Harare

    En savoir plus

  • ZIMBABWE

    Zimbabwe : Mugabe tient l'Occident responsable du non-paiement des fonctionnaires

    En savoir plus

  • ZIMBABWE

    Robert Mugabe à l'ONU : au Zimbabwe, "nous ne sommes pas gays"

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)