Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Zimbabwe : La fin de l'ère Mugabe

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Zimbabwe : Scène de liesse à Harare après la démission de Robert Mugabe

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Hortefeux : "Si le président prend de bonnes initiatives pour les collectivités, nous le dirons"

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"La bataille des sexes" : l’égalité homme-femme en jeu

En savoir plus

FOCUS

Vidéo : aux États-Unis, le sort incertain des militaires transgenres

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Chancelière ch. partenaire, et plus si affinités"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Le gouvernement américain tente de bloquer la fusion AT&T - Warner Bros

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"La chancelière chancelle"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Allemagne : le crépuscule d'Angela Merkel ?

En savoir plus

Clasico OM-PSG: des supporters marseillais caillassent une voiture près du Vélodrome

© AFP | Des supporters de l'OM face aux forces de police avant le coup d'envoi du Clasico contre le PSG, le 22 octobre 2017 à Marseille

MARSEILLE (AFP) - 

Des supporters marseillais qui défilaient dimanche aux abords du stade Vélodrome ont provoqué de fortes perturbations de la circulation et ont caillassé une voiture immatriculée 75, à quelques heures du coup d'envoi du clasico OM-PSG, a constaté un journaliste de l'AFP.

Plusieurs centaines de supporters marseillais ont marché entre la place Castellane et le rond-point du Prado, devant le stade Vélodrome dimanche après-midi, aux sons de chants hostiles aux joueurs parisiens.

Malgré l'arrêté d'interdiction pris par la préfecture des Bouches-du-Rhône, de nombreux fumigènes ont été allumés tout au long du défilé, et devant le stade, point de ralliement des supporters, qui étaient suivis par 9 fourgons de gendarmerie.

La circulation automobile a été fortement perturbée et les lignes de bus desservant les abords du Vélodrome ont été interrompues. Les policiers déployés aux abords du stade ont procédé à des tirs de gaz lacrymogènes.

© 2017 AFP