Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

POLITIQUE

Emmanuel Macron face aux maires : Jacobin ou girondin?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Seal : "C’est un honneur pour moi de chanter des classiques du jazz"

En savoir plus

FOCUS

Pakistan : une ouverture au tourisme sans danger?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Poutine, maître du jeu en Syrie"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Le manque de 'culture financière' des Français"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

La guerre contre les mutilations génitales

En savoir plus

LE DÉBAT

Liban : la fin de la crise ? (partie 2)

En savoir plus

LE DÉBAT

Liban : la fin de la crise ? (partie 1)

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Charles Manson : décès d'un gourou psychopate

En savoir plus

Au Portugal, tristesse et colère après les feux de forêt meurtriers

© AFP | Manifestation après les feux de forêt meurtriers, le 21 octobre 2017 à Lisbonne, au Portugal

LISBONNE (AFP) - 

Des milliers de personnes sont descendues dans les rues de plusieurs villes du Portugal samedi pour dire leur tristesse et leur colère face à l'incapacité du gouvernement à prévenir des feux de forêt qui ont fait cette année plus de cent morts.

"L'Etat reconnaît sa responsabilité", a dit le Premier ministre Antonio Costa, lors d'une conférence de presse dans la soirée à l'issue d'un Conseil des ministres extraordinaire au cours de laquelle il a présenté une série de mesures afin de rendre "le territoire moins perméable à ce genre de catastrophes", et promis 400 millions d'euros d'aides.

Dans la manifestation de Lisbonne, Maria Joao Gil, une quinquagénaire qui participait avec des milliers d'autres personnes à travers le pays à cette "manifestation silencieuse" convoquée sur Facebook expliquait : "On est ici avant tout pour rendre hommage aux victimes. Il faut que justice soit faite!".

"Cette situation est tout simplement inadmissible. A qui profitent les incendies?" s'interrogeait de son côté Josefa Martins, visiblement émue sous ses lunettes noires, à l'occasion de cette manifestation ponctuée d'applaudissements en hommage aux victimes.

"On se demande si nos gouvernants sont au service des Portugais ou des cartels du feu?", ajoute-t-elle.

"A quoi servent nos hélicoptères? Pourquoi y a-t-il eu des coupes dans les budgets de lutte contre les feux? Nous avons tout simplement besoin de réponses!", lançait un autre manifestant vêtu de noir.

Le Portugal a été frappé cette année par les feux de forêt les plus meurtriers de son histoire, qui ont fait 64 morts en juin à Pedrogao Grande, à 100 km environ au nord de Lisbonne, puis 44 morts dimanche dans le nord et le centre du pays. En Galice, dans le nord-ouest de l'Espagne, les incendies ont tué 4 personnes.

Des manifestations similaires avaient déjà eu lieu en début de semaine au Portugal et dans différentes villes de Galice pour dénoncer "l'incompétence du gouvernement régional".

Le gouvernement socialiste, qui est la cible d'un flot de critiques pour sa gestion des incendies, s'est engagé à tirer toutes les leçons de ces catastrophes.

Les mesures adoptées samedi soir en Conseil des ministres prévoient notamment d'enfouir les lignes électriques afin d'accroître la sécurité en cas d'incendie, de renforcer la professionnalisation des pompiers qui sont actuellement en majorité volontaires, ainsi qu'une meilleure coordination entre les pompiers et l'armée dans la gestion des moyens aériens destinés à combattre les feux.

M. Costa a indiqué en outre que son gouvernement était "déterminé à reconstruire ce qui avait été détruit" par les feux de forêt.

L'exécutif prévoit quelque 400 millions d'euros pour soutenir les populations et les entreprises dans les régions sinistrées.

Alors que les victimes de Pedrograo Grande se plaignent de ne pas encore avoir été indemnisées, le gouvernement a en outre dévoilé les modalités des indemnisations pour les victimes et leurs proches.

Une commission sera chargée "dans un délai de 30 jours" de fixer les critères d?indemnisation, qui permettront ensuite de déterminer les montants des compensations à verser, a expliqué de son côté la ministre de la Justice Francisca Van Dunem.

© 2017 AFP