Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

"Le Mexique ne contribuera en aucune façon au financement du mur de Trump"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Les Tunisiens sont de plus en plus nombreux à s’immoler par le feu

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Etats-Unis : la neutralité sur le net c'est fini

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Statut de Jérusalem : l'onde de choc mondiale (partie 1)

En savoir plus

TECH 24

Fintech : les utilisateurs au pouvoir

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

La tech peut-elle sauver la planète ?

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Taro Kono, MAE du Japon : "Nous ne souhaitons pas le dialogue pour le dialogue" avec Pyongyang

En savoir plus

VOUS ÊTES ICI

La ligne des Hirondelles : un train de légende à l'assaut du Jura

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

"One Planet Summit" : la bataille est-elle perdue ?

En savoir plus

EUROPE

Législatives en République tchèque : large victoire pour le milliardaire Andrej Babis

© Michal Cizek, AFP | Andrej Babis aux côtés de sa femme, au siège de son parti ANO à Prague, le 21 octobre.

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 22/10/2017

Andrej Babis, à la tête du parti ANO, a largement remporté les législatives de vendredi et samedi en République tchèque. Le milliardaire avait fait campagne contre l'approfondissement de l'intégration européenne et contre l'adoption de l'euro.

Le parti ANO de l'homme d'affaires Andrej Babis a remporté haut la main les élections législatives des vendredi 20 et samedi 21 octobre en République tchèque, avec 29,6 % des suffrages exprimés. Il devance les libéraux du Parti démocratique civique (ODS), crédités de 11,3 %, la version tchèque du Parti pirate et la formation d'extrême droite Liberté et démocratie directe (SPD), qui obtiennent respectivement 10,8 et 10,6 % des voix, selon les résultats officiels.

Le Parti social démocrate (ČSSD) du Premier ministre sortant, Bohuslav Sobotka, tombe à 7,3 %, son score le plus bas depuis 1993 et la dissolution de la Tchécoslovaquie.

Dans une interview accordée à Reuters samedi, l'homme d'affaires controversé, parfois surnommé le "Trump tchèque" , a assuré que Prague souhaitait jouer un rôle actif au sein de l'Union européenne pour défendre ses idées.

Andrej Babis a fait campagne contre l'approfondissement de l'intégration européenne et contre l'adoption de l'euro, alimentant la crainte d'une alliance avec ses voisins du groupe de Visegrad, Hongrie et Pologne en tête, face aux institutions de Bruxelles.

"Nous ne sommes pas une menace"

Samedi, il a cependant assuré que son parti était pro-européen et qu'il entendait jouer un rôle constructif.

Andrej Babis, qui été mis en examen début octobre pour détournement de fonds européens, aura fort à faire pour former une coalition gouvernementale. Sociaux-démocrates et chrétiens-démocrates ont exclu samedi de cohabiter avec quelqu'un qui fait l'objet d'une procédure judiciaire. L'Intéressé, qui nie toute malversation et parle d'un complot politique, s'est quant à lui dit ouvert à toutes les alliances.

Il a en outre nié faire partie du courant eurosceptique. "Ce n'est pas vrai, nous ne sommes pas une menace. Nous sommes pro-européens. Je suis prêt à me battre pour nos intérêts à Bruxelles", a décalaré l'homme devant la presse après l'annonce de sa victoire.

Andrej Babis, 63 ans, est le fondateur d'un empire financier qui a fait de lui la deuxième fortune et le premier employeur du pays, à la tête d'Agrofert, un groupe de plus de 200 entreprises opérant dans l'agroalimentaire et la pétrochimie.

Hostile à l'immigration et "anti-système"

La République tchèque jouit d'une bonne croissance économique, d'un budget en équilibre et du plus faible taux de chômage de l'Union européenne, mais les électeurs sont las des acteurs politiques traditionnels.

Méfiant à l'égard de l'UE, hostile à l'immigration, ANO se veut un mouvement "anti-système".

L'immigration est pratiquement inexistante en République tchèque, mais elle a été l'un des thèmes phares de la campagne. Presque tous les partis ont promis de refuser les quotas de migrants imposer par l'Union européenne.

Une préoccupation partagée par d'autres pays de la région, comme l'ont prouvé les élections législatives autrichiennes de dimanche dernier, où la droite et l'extrême droite ont recueilli plus de 57 % des suffrages.

Avec AFP et Reuters

Première publication : 22/10/2017

  • CRISE MIGRATOIRE

    L'ONU dénonce l'accueil indigne des migrants en République tchèque

    En savoir plus

  • AUTRICHE

    Autriche : le parti du conservateur Sebastian Kurz remporte les législatives

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)