Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

MARDI POLITIQUE

Hortefeux : "Si le président prend de bonnes initiatives pour les collectivités, nous le dirons"

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Brice Hortefeux : le poste de Castaner au gouvernement est "sensible, mais pas essentiel"

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"La bataille des sexes" : l’égalité homme-femme en jeu

En savoir plus

FOCUS

Vidéo : aux États-Unis, le sort incertain des militaires transgenres

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Chancelière ch. partenaire, et plus si affinités"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Le gouvernement américain tente de bloquer la fusion AT&T - Warner Bros

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"La chancelière chancelle"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Allemagne : le crépuscule d'Angela Merkel ?

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Zimbabwe : Robert Mugabe lâché par son parti

En savoir plus

Amériques

Trump autorise la publication des documents sur l'assassinat de Kennedy

© AFP (archives) | John F. Kennedy en 1960 à New York, durant sa campagne présidentielle.

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 22/10/2017

Donald Trump a autorisé samedi la publication prochaine de milliers de nouveaux documents sur l'assassinat de John F. Kennedy, dont le maintien sous scellés pendant plus de 50 ans a alimenté de nombreuses théories du complot.

Son assassinat, il y a plus de cinquante ans, hante encore l'histoire des États-Unis. Le président américain Donald Trump a autorisé, samedi 21 octobre, la publication prochaine de milliers de documents sur le meurtre de John F. Kennedy, dont le maintien sous scellés pendant plus de 50 ans a alimenté de nombreuses théories du complot.

"Sous réserve de la réception de nouvelles informations, je vais autoriser, en tant que président, que les DOSSIERS JFK longtemps bloqués et classés top secret soient ouverts", a tweeté Donald Trump.

Théories du complot

Moment charnière de l'histoire des États-Unis, l'assassinat le 22 novembre 1963 du jeune président à Dallas, au Texas, alimente depuis des décennies les théories du complot, certains doutant que le tireur, Lee Harvey Oswald, soit seul responsable.

Des spéculations qui avaient repris un nouveau souffle après la sortie du film "JFK" d'Oliver Stone, en 1991. Face au débat public alors décuplé, une loi avait été signée en 1992 imposant la publication de tous ces documents, tout en conservant sous scellés une partie d'entre eux jusqu'à la date limite du 26 octobre 2017.

Le président américain peut toutefois encore décider d'en maintenir certains secrets, pour des questions de sécurité. Une option que Donald Trump se réserve dans son tweet et qu'un responsable de la Maison Blanche a encore mis en avant dans l'après-midi.

"Le président estime que ces documents devraient être rendus accessibles dans l'intérêt d'une transparence complète, à moins que les services (de renseignement et sécurité) ne fournissent une justification claire et convaincante liée à la sécurité nationale ou au maintien de l'ordre", a déclaré ce responsable.

Citant des membres de l'administration, le journal Politico avançait vendredi que Donald Trump était sous pression, notamment de la CIA, pour qu'il bloque la publication de certains de ces feuillets, notamment ceux datant des années 1990 car ils pourraient exposer des agents et informateurs encore en activité.

Pas de "grandes révélations"

En pleine Guerre froide, la mort à 46 ans du fringant président Kennedy avait traumatisé tout un pays... et fait naître de nombreuses théories du complot qui persistent aujourd'hui.

Plus de 40 000 livres sur JFK avaient été publiés au 50e anniversaire de sa mort, en 2013. Et selon un sondage Gallup de l'époque, 61 % des Américains pensaient encore qu'Oswald, assassiné deux jours après la mort de JFK, n'était pas le seul assassin, ce pourcentage étant toutefois le plus bas en cinquante ans.

Certains espèrent donc que la publication des derniers documents mettra un terme aux thèses les plus folles. Mais les spéculations pourraient repartir de bon train si des documents sont maintenus secrets.

"Tout devrait être publié", a déclaré au Dallas Morning News John Tunheim, qui a participé à une commission créée pour se pencher sur ce sujet par le Congrès dans les années 1990. "Je ne peux pas croire que nous mettions quoi que ce soit en péril datant des années 1950 et 1960", a souligné ce dernier, avant d'ajouter : "Je ne crois pas qu'il y ait de grandes révélations".

Avec AFP

Première publication : 22/10/2017

  • ÉTATS-UNIS

    Les révélations d'outre-tombe de Jackie Kennedy

    En savoir plus

  • DIPLOMATIE

    À Berlin, 50 ans après Kennedy, Obama veut rentrer dans l'Histoire

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)