Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

"Poutine, maître du jeu en Syrie"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Le manque de 'culture financière' des Français"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

La guerre contre les mutilations génitales

En savoir plus

LE DÉBAT

Liban : la fin de la crise ? (partie 2)

En savoir plus

LE DÉBAT

Liban : la fin de la crise ? (partie 1)

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Le brio", Camelia Jordana sur la voie de l’éloquence

En savoir plus

FOCUS

Vidéo : les espoirs déçus des Tunisiens de Bir Ali, 7 ans après la révolution

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Une actrice indienne menacée de mort, à cause d'un rôle au cinéma"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Uber piraté massivement

En savoir plus

Catalogne: s'il persiste, Puigdemont n'aura plus aucun pouvoir samedi, dit Madrid

© AFP/Archives | La vice première ministre espagnole Soraya Saenz de Santamaria le 13 juin 2017 à Madrid

MADRID (AFP) - 

Le président séparatiste de la Catalogne Carles Puigdemont n'aura plus aucun pouvoir samedi, une fois que le Sénat aura autorisé la suspension d'autonomie de sa région, a prévenu lundi la vice-présidente du gouvernement espagnol.

"Le président de la Generalitat (exécutif catalan), n'exercera plus ses fonctions une fois cet accord publié", a déclaré Soraya Saenz de Santamaria questionnée par la radio Onda Cero sur ce que ferait le gouvernement si M. Puigdemont refusait de quitter ses fonctions.

"Il n'aura plus de signature, il ne pourra plus prendre de décisions valables, il ne touchera plus son salaire", a-t-elle ajouté, en insistant sur le fait qu'il ne pourra plus jouir d'aucun bénéfice assorti à sa fonction.

Le président catalan a notamment des gardes du corps, un appartement à Barcelone, dans le palais de la Generalitat, et des voitures de fonction.

La vice-présidente n'a cependant pas précisé quelles mesures concrètes prendra le gouvernement si Carles Puigdemont, un ancien journaliste de 54 ans qui dirige la Catalogne depuis début 2016, désobéit.

Samedi, le gouvernement conservateur de Mariano Rajoy a annoncé qu'il allait demander au Sénat la mise en ?uvre de l'article 155 de la Constitution pour l'autoriser à prendre le contrôle de l'exécutif catalan, de la police régionale et mettre sous tutelle le Parlement catalan, avec en ligne de mire l'organisation d'élections régionales début 2018.

Le Sénat, où le parti de Mariano Rajoy dispose de la majorité absolue, devrait voter ces mesures en séance plénière vendredi.

La décision de Mariano Rajoy intervient au moment où les indépendantistes menacent de déclarer unilatéralement l'indépendance de la Catalogne, région où vivent 16% des Espagnols.

C'est pour l'Espagne sa plus grave crise politique depuis qu'elle a renoué avec la démocratie en 1977.

Les indépendantistes majoritaires au Parlement de Catalogne ont annoncé lundi qu'ils prévoyaient la tenue d'une séance plénière de cette assemblée dès jeudi.

© 2017 AFP