Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LA SEMAINE DE L'ECO

Afrique - Chine : le piège de la dépendance ?

En savoir plus

#ActuElles

Consentement sexuel des mineur(e)s : quel âge minimum ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

L'Afrique, le continent des possibles ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Lieux saints partagés" : une exposition sur l'art de coexister

En savoir plus

FOCUS

La République en marche à l'épreuve de la démocratie interne

En savoir plus

VOUS ÊTES ICI

Au fil de la Vézère, un patrimoine qui remonte à la préhistoire

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"La fin est proche" pour Mugabe

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

La réforme fiscale de Trump franchit un nouveau cap

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Environnement : "Non, il n'est pas trop tard"

En savoir plus

Élus du personnel: FO déplore des "moyens très largement insuffisants"

© AFP/Archives | Le secrétaire général de Force ouvrière, Jean-Claude Mailly, à Marseille, le 7 septembre 2017

PARIS (AFP) - 

Force ouvrière a déploré mardi "des moyens très largement insuffisants" accordés au nouveau conseil social et économique (CSE) qui regroupera dans les entreprises les instances représentatives du personnel du fait de la réforme du droit du travail.

"Au vu du projet de décret", FO "déplore des moyens très largement insuffisants", indique le syndicat dans un communiqué.

La fusion des instances représentatives du personnel (IRP) devrait faire baisser nettement le nombre d'élus du personnel dans les entreprises de plus de 3.000 salariés, selon un projet de décret dont l'AFP a obtenu copie vendredi.

"Désormais, la fusion sera imposée partout, dès maintenant, avec une baisse conséquente des moyens notamment en nombre de délégués", souligne FO dans son communiqué.

Le syndicat dit "avoir fait pression jusqu?au bout pour que le volume global d?heures de délégation soit maintenu".

Le syndicat de Jean-Claude Mailly dénonce également "la disparition des CHSCT et l?abandon de certaines de leurs missions en matière de santé et de sécurité des travailleurs".

Laurent Berger, patron de la CFDT, avait lui aussi jugé "inquiétante" la baisse du nombre d'élus dans les futures institutions représentatives du personnel fusionnées, tel que le prévoit un projet de décret précisant les ordonnances.

© 2017 AFP