Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

À L’AFFICHE !

"Le brio", Camelia Jordana sur la voie de l’éloquence

En savoir plus

FOCUS

Vidéo : les espoirs déçus des Tunisiens de Bir Ali, 7 ans après la révolution

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Une actrice indienne menacée de mort, à cause d'un rôle au cinéma"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Uber piraté massivement

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"TPIY, dernier acte"

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Émoticône hijab : la victoire de Rayouf Alhumedhi, lycéenne saoudienne

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Zimbabwe : La fin de l'ère Mugabe

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Zimbabwe : scènes de liesse à Harare après la démission de Mugabe

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Hortefeux : "Si le président prend de bonnes initiatives pour les collectivités, nous le dirons"

En savoir plus

Le réalisateur américain James Toback accusé de harcèlement par 38 femmes (presse)

© AFP/Archives | James Toback, ici le 3 septembre 2017, lors de la présentation de "The Private Life of a Modern Woman" lors de la 74e édition du festival de Venise

WASHINGTON (AFP) - 

Près d'une quarantaine de femmes ont accusé lundi, dans le Los Angeles Times, le réalisateur américain James Toback de harcèlement et d'agressions sexuelles, commises sur plusieurs décennies.

Ces nouvelles révélations s'inscrivent dans la foulée de l'affaire Harvey Weinstein qui secoue Hollywood et pousse de nombreuses actrices à dénoncer ouvertement des pratiques jusqu'ici passées sous silence dans l'industrie américaine du cinéma.

Dans une longue enquête pour laquelle 31 actrices ou aspirantes actrices sur 38 ont accepté de témoigner à visage découvert, le quotidien californien affirme que James Toback, 72 ans, avait pour habitude de "rôder dans les rues de Manhattan à la recherche de jeunes femmes attirantes".

Son but: les attirer dans un entretien en tête-à-tête, en leur faisant miroiter une carrière d'actrice grâce à ses connexions dans le monde du cinéma.

Le plus souvent, les jeunes femmes devaient répondre à des questions sur leur vie sexuelle puis regarder James Toback se masturber et éjaculer devant elles.

"Je me suis senti comme une prostituée, une déception pour moi-même, mes parents, mes amis. Et je ne méritais pas d'en parler à quiconque", a expliqué l'actrice américaine Adrienne LaValley après un épisode datant de 2008 au cours duquel James Toback s'est frotté à elle avant d'éjaculer, a-t-elle témoigné.

Le réalisateur demandait fréquemment aux aspirantes actrices de se déshabiller afin de tester, disait-il, leur aisance et leur potentiel devant une caméra.

"Étrangement, je pensais: +c'est un test pour savoir si je suis une vraie artiste et si je veux sérieusement être actrice+", a confié Starr Rinaldi, approchée par James Toback à Central Park, il y a une quinzaine d'années.

Contacté par le Los Angeles Times, James Toback a nié ces accusations, assurant n'avoir jamais rencontré ces femmes ou alors "pour cinq minutes et sans en avoir aucun souvenir".

James Toback est scénariste et réalisateur depuis 1974. Son film le plus récent "The Private Life of a Modern Woman", avec Sienna Miller, a été présenté au festival du film de Venise.

En 1987, il avait réalisé un film aux accents autobiographiques "Le Dragueur" avec Robert Downey Jr, à qui il a offert deux autres premiers rôles dans "Two Girls and a Guy" (1997) et "Black and White" (1999).

Cette nouvelle affaire de moeurs à Hollywood fait suite à celle visant le producteur Harvey Weinstein, accusé par une quarantaine de femmes de harcèlement, abus sexuels et viols. Des enquêtes criminelles sont en cours à Londres, New York et Los Angeles sur l'ex-magnat du cinéma.

© 2017 AFP