Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

À L’AFFICHE !

"La bataille des sexes" : l’égalité homme-femme en jeu

En savoir plus

FOCUS

Vidéo : aux États-Unis, le sort incertain des militaires transgenres

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Chancelière ch. partenaire, et plus si affinités"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Le gouvernement américain tente de bloquer la fusion AT&T - Warner Bros

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"La chancelière chancelle"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Allemagne : le crépuscule d'Angela Merkel ?

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Zimbabwe : Robert Mugabe lâché par son parti

En savoir plus

LE DÉBAT

Allemagne : fin du règne pour l'indéboulonnable Merkel ? (partie 2)

En savoir plus

LE DÉBAT

Allemagne : fin du règne pour l'indéboulonnable Merkel ? (partie 1)

En savoir plus

Ligue 1: le PSG se sauve malgré le coup de sang de Neymar

© AFP | L'attaquant du PSG Edinson Cavani exulte après avoir arraché le nul sur coup franc face à l'OM au Vélodrome, le 22 octobre 2017

PARIS (AFP) - 

Un clasico complètement fou: le PSG a sauvé le match nul in extremis à Marseille 2-2 grâce à un coup franc d'Edinson Cavani, alors que Neymar venait d'être exclu pour un geste d'humeur, dimanche en conclusion de la 10e journée de Ligue 1.

La soirée à suspense au Vélodrome, précédée par de violents incidents entre des supporters marseillais et les forces de l'ordre, a fait passer au second plan les autres rencontres, dont un festival du Lyonnais Memphis Depay contre Troyes (5-0) un peu plus tôt.

. Un coup de sang puis un coup franc

Que de rebondissements ! L'Olympique de Marseille a cru qu'il allait faire tomber le PSG, ce qui ne lui était plus arrivé depuis 2011. Et pas n'importe quel PSG, celui de Neymar et Mbappé, recrutés à prix d'or cet été...

Alors que l'écart entre les deux équipes semblait immense avant la rencontre, les Marseillais ont en effet mené deux fois dans la partie, d'abord grâce à Luiz Gustavo (16e) puis Florian Thauvin (78e).

Certes Neymar avait réduit le score à la 33e, mais le coup de sang de la star brésilienne contre Lucas Ocampos en fin de partie, une poussette sur le Marseillais synonyme d'exclusion pour un deuxième carton jaune, et son départ la tête basse dans les vestiaires, ressemblaient bien à un aveu d'échec parisien.

Cavani a pourtant sauvé les siens dans les dernières secondes, sur coup franc. Marseille a frôlé l'exploit. Mais ce nul reste bien sûr un "très bon résultat", comme l'avait dit l'entraîneur Rudi Garcia avant le match. Les Marseillais ont croqué la partie à pleines dents face à une équipe parisienne souvent statique, peut-être surprise par l'enthousiasme de Thauvin et des siens.

En dehors du terrain, l'avant-match a été terni par de violents affrontements entre des supporters marseillais et les forces de l'ordre. Ils ont fait quatre blessés légers parmi les forces de l'ordre et donné lieu à quinze interpellations.

. Un triplé signé Depay

Dans l'après-midi, Lyon a brillé à Troyes 5-0, avec un festival du Néerlandais Memphis Depay. Depuis qu'il est professionnel, l'attaquant de 23 ans n'avait jamais marqué de triplé. C'est fait désormais, avec pour le dernier de ses trois buts, la transformation d'un penalty qu'il avait lui-même provoqué.

"Tout a été presque parfait", s'est réjoui Bruno Genesio, l'entraîneur de Lyon qui a félicité Depay, souvent critiqué pour son inconstance depuis son arrivée à l'OL.

"J'avais déjà dit qu'il était capable de fulgurances mais ce soir il a aussi été structuré dans le projet de l'équipe. C'est un match très accompli et il a été récompensé. Ça montre que l'un n'empêche pas l'autre. C'est un match qui va compter pour lui", a prédit le technicien.

L'OL a ainsi confirmé sa belle forme avec trois victoires: celle contre Monaco 3-2 en championnat, à Everton 2-1 en Europa League et ce succès autoritaire contre les Troyens.

Quelques heures plus tôt, Nice a coulé à domicile contre Strasbourg (2-1). Les Aiglons ont encaissé leur quatrième défaite d'affilée toutes compétitions confondues.

Ils ont pourtant évolué en supériorité numérique pendant plus de 35 minutes. Vendredi prochain, c'est un déplacement sur la pelouse du PSG qui les attend.

Les Parisiens voudront sans doute rebondir après le nul spectaculaire à Marseille...

© 2017 AFP