Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE DÉBAT

Liban : la fin de la crise ? (Partie 2)

En savoir plus

LE DÉBAT

Liban : la fin de la crise ? (Partie 1)

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Le brio", Camelia Jordana sur la voie de l’éloquence

En savoir plus

FOCUS

Vidéo : les espoirs déçus des Tunisiens de Bir Ali, 7 ans après la révolution

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Une actrice indienne menacée de mort, à cause d'un rôle au cinéma"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Uber piraté massivement

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"TPIY, dernier acte"

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Émoticône hijab : la victoire de Rayouf Alhumedhi, lycéenne saoudienne

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Zimbabwe : La fin de l'ère Mugabe

En savoir plus

Un Britannique anti-Kremlin empêché d'entrer aux Etats-Unis

© GETTY IMAGES NORTH AMERICA/AFP/Archives | L'homme d'affaires britannique et opposant au Kremlin William Browder, le 27 juillet 2017, lors d'une audition devant une commission sénatoriale à Washington

WASHINGTON (AFP) - 

L'homme d'affaires britannique et militant anti-Kremlin William Browder a affirmé lundi être dans l'incapacité d'entrer aux Etats-Unis après avoir été placé par Moscou sur une liste d'Interpol, l'organisation internationale de police criminelle.

Le président russe Vladimir "Poutine m'ajoute à la liste des personnes recherchées d'Interpol en représailles à l'adoption au Canada de sa propre loi Magnitski" la semaine dernière, a affirmé M. Browder, en référence à la législation ciblant plusieurs responsables russes accusés de violations des droits de l'homme.

La loi a été nommée d'après l'avocat fiscaliste Sergueï Magnitski, mort en détention en Russie en novembre 2009, après avoir mis au jour un vaste scandale de corruption. Il était accusé par les autorités d'avoir fraudé pour le compte de William Browder, à la tête de la société d'investissements Hermitage Capital Management.

"A moins qu'Interpol ne lève la restriction, je serai arrêté à n'importe quelle frontière que je passerai, sur ordre de Poutine", a dénoncé l'homme d'affaires, évoquant des "problèmes" de visa pour les Etats-Unis.

Mais une porte-parole des douanes américaines Customs and Border Protection (CBP) a assuré qu'il était en mesure d'entrer aux Etats-Unis avec le programme d'exemption de visa "ESTA".

"Son ESTA a été approuvé manuellement par le CBP le 18 octobre --lui donnant le feu vert pour voyager aux Etats-Unis", a-t-elle assuré.

Selon lui, Moscou a dû s'y reprendre à cinq fois avant de parvenir enfin à l'inscrire sur une liste d'Interpol.

Poussés par son activisme, les Etats-Unis ont adopté en 2012 une loi dite Magnitski qui a permis à Washington de sanctionner à ce jour quelque 40 hauts responsables russes, liés pour beaucoup à Vladimir Poutine, pour leur rôle dans cette affaire.

Le New York Times a rapporté lundi que des procureurs à Moscou tentaient de démontrer que M. Browder avait tué Sergueï Magnitski lui-même.

© 2017 AFP