Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Zimbabwe : retenu par l'armée Robert Mugabe préside tout de même une cérémonie

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Le baiser imposé d'Al Franken

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

COP 23 en Allemagne : une occasion manquée ?

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Crise au Liban : La France à la manoeuvre

En savoir plus

TECH 24

Quoi de neuf, e-docteur ?

En savoir plus

LE GROS MOT DE L'ÉCO

Taux directeur : le diapason système bancaire

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Afrique - Chine : le piège de la dépendance ?

En savoir plus

#ActuElles

Consentement sexuel des mineur(e)s : quel âge minimum ?

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La France, terre de vin et de tourisme

En savoir plus

Journaliste tuée à Malte: le Parlement européen pour une "enquête internationale"

© AFP | Les députés au Parlement européen observent une minute de silence en mémoire de la journaliste et blogueuse maltaise assassiné, Daphne Caruana Galizia, à Strasbourg, le 24 octobre 2017

STRASBOURG (AFP) - 

Le président du Parlement européen, Antonio Tajani, a demandé mardi une "enquête internationale" pour élucider l'assassinat à la voiture piégée de la journaliste et blogueuse anti-corruption Daphne Caruana Galizia.

"Je pense qu'Europol doit aussi être impliquée, dans le cadre d'une enquête internationale", a déclaré M. Tajani après avoir appelé les autorités maltaises à faire "tous les efforts nécessaires" pour retrouver les responsables.

Daphné Caruana Galizia, tuée le 16 octobre, "était une sentinelle, un soldat en première ligne dans la défense de nos valeurs", a affirmé M. Tajani en lui rendant hommage devant les eurodéputés réunis en session plénière à Strasbourg.

"L'homicide de Daphné ne doit pas rester impuni (...) Avec quelle crédibilité pouvons-nous défendre les journalistes du monde, si nous ne sommes pas capables de leur offir protection et justice chez nous?", a-t-il poursuivi.

Le président du Parlement européen a annoncé que la salle de presse installée au sein du siège de l'institution à Strasbourg porterait désormais le nom de la journaliste maltaise.

Les eurodéputés ont ensuite observé une minute de silence, en présence de membres de la famille de la défunte, dont certains accusent les autorités maltaises de complicité dans le drame.

La journaliste de 53 ans, souvent qualifiée de "Wikileaks à elle toute seule", avait révélé plusieurs scandales, s'attaquant avec virulence à des proches du Premier ministre travailliste Joseph Muscat mais aussi plus récemment au chef de l'opposition nationaliste (centre droit).

Le gouvernement maltais a promis une récompense d'un million d'euros à quiconque apporterait des informations permettant d'aboutir à l'identification des responsables de l'assassinat.

© 2017 AFP