Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

FOCUS

Vidéo : en Syrie, avec les combattants occidentaux qui ont rejoint les YPG

En savoir plus

MODE

Azzedine Alaïa, disparition d'un géant

En savoir plus

REPORTERS

Vidéo : avec Trump, la fin du rêve américain pour les musulmans ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Au Zimbabwe, "la tâche peu enviable de Mnangagwa"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Le "vendredi noir" débarque en France

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Dix viols par jour au travail : on fait quoi ?"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Libye : "je ne suis pas à vendre"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Morgan Tsvangirai met en garde contre une extension du système Mugabe

En savoir plus

LE DÉBAT

Migrants esclaves en Libye : l'Europe coupable ?

En savoir plus

EUROPE

Russie : la journaliste poignardée dans sa rédaction toujours en réanimation

© Vasily Maximov, AFP | Une photo de la journaliste Tatiana Felguengauer, affichée dans sa rédaction à Moscou, lundi 23 octobre.

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 24/10/2017

La journaliste de la radio russe Écho de Moscou, poignardée lundi dans sa rédaction, se trouvait toujours en réanimation mardi, ont indiqué l'hôpital et son employeur. Elle a été victime d'un "fou", selon le Kremlin.

Tatiana Felguengauer, la journaliste de la radio russe, Écho de Moscou, poignardée lundi par un inconnu, se trouvait toujours "en salle de réanimation", mardi 24 octobre, a indiqué à l'AFP un représentant de l'Institut hospitalier Sklifossovski. "Dans un état assez grave", elle a été placée dans un coma artificiel.

Ses cordes vocales n'ont pas été affectées et le pronostic est "favorable", selon la radio, qui a précisé que les docteurs se concertaient pour décider de la suite des soins. L'assaillant a agressé le gardien de l'immeuble, avant de monter dans les locaux de la radio, situés en plein centre de Moscou, et de "poignarder dans le cou l'animatrice Tatiana Felguengauer", selon la même source.

Ce Russo-Israélien de 48 ans, identifié par le Comité d'enquête russe comme Boris Grits, semblait motivé par une "hostilité personnelle" contre la journaliste, a indiqué la police.

Près de 60 journalistes tués en Russie depuis 2012

Dans une vidéo publiée par la police, Boris Grits a affirmé avoir avec la victime "un lien télépathique depuis 2012" et assure qu'elle "le pourchassait sexuellement toutes les nuits" via ce "lien".

De son côté, le syndicat des journalistes russes a regretté la diffusion récente de reportages à charge contre Écho de Moscou sur la chaîne publique d'information Rossiïa-24, relais des points de vue du Kremlin. "Nous estimons que ces sujets alimentent la haine à l'encontre de nos confrères et ont pu provoquer l'attaque contre Tatiana par un individu déséquilibré", indique le syndicat dans un communiqué.

Le Kremlin s'en défend, rappelant que la journaliste avait été victime d'un "fou" et non d'un climat hostile aux médias critiques du pouvoir en Russie.

La radio Écho de Moscou, première station libre née en 1990 avant la chute du régime soviétique, était passée sous le contrôle du groupe public gazier Gazprom en 2001, un an après l'arrivée au pouvoir de Vladimir Poutine.

De nombreux journalistes ont été agressés, blessés ou assassinés ces dernières années dans le pays, et les enquêtes de police n'aboutissent que très rarement. Selon le Comité pour la protection des journalistes, quelque 58 journalistes ont été tués en Russie depuis 1992.

Avec AFP

Première publication : 24/10/2017

  • RUSSIE

    Russie : à peine libéré, Alexeï Navalny repart en campagne contre Vladimir Poutine

    En savoir plus

  • RUSSIE

    Russie : les partisans de Navalny manifestent contre Poutine le jour de ses 65 ans

    En savoir plus

  • ÉTATS-UNIS

    Le piratage de la NSA s'ajoute aux déboires de Kaspersky, le roi russe de la cybersécurité

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)