Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Zimbabwe : retenu par l'armée Robert Mugabe préside tout de même une cérémonie

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Le baiser imposé d'Al Franken

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

COP 23 en Allemagne : une occasion manquée ?

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Crise au Liban : La France à la manoeuvre

En savoir plus

TECH 24

Quoi de neuf, e-docteur ?

En savoir plus

LE GROS MOT DE L'ÉCO

Taux directeur : le diapason du système bancaire

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Afrique - Chine : le piège de la dépendance ?

En savoir plus

#ActuElles

Consentement sexuel des mineur(e)s : quel âge minimum ?

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La France, terre de vin et de tourisme

En savoir plus

Une journaliste syrienne récompensée pour un reportage à Alep

© AFP/Archives | Des "casques blancs" (bénévoles civils) évacuent une victime des décombres d'un immeuble détruit par une frappe dans les quartiers tenus par les rebelles à Alep le 20 novembre 2016

LONDRES (AFP) - 

Une journaliste reporter d'images syrienne, Waad Al Kateab, a remporté lundi à Londres le prestigieux prix Rory Peck pour ses vidéos à l'intérieur d'un hôpital d'Alep après des bombardements meurtriers en novembre 2016.

Mme Al Kateab a été récompensée pour son reportage à l'intérieur du dernier hôpital de l'est d'Alep encore en fonctionnement en novembre 2016, au moment où le quartier contrôlé par les forces rebelles commençait à tomber entre les mains des forces du régime de Damas.

Ses images "nous montrent d'une manière extrêmement puissante les horreurs de la guerre", a estimé le jury du Rory Peck Trust, qui soutient les journalistes pigistes.

La vidéo, diffusée par Channel 4 News et ITN, montre un enfant traumatisé assis en silence, couvert de poussière, qu'une femme tente de réconforter.

"Oh mon Dieu ! Tous mes enfants sont morts", s'écrie cette femme au visage ensanglanté, seule adulte survivante de trois familles victimes du bombardement de leur immeuble.

Mme Al Kateab a également filmé deux frères à la recherche de leur mère, dans un état d'épuisement "au-delà des mots", épuisés par une existence "au-delà de toute description",

"Tout ce qui s'est passé à Alep recommence encore", a souligné la journaliste, dissimulée derrière la tribune aux regards de l'assistance pour des raisons de sécurité.

Ses reportages en provenance d'Alep ont été collectivement vus par plus de 400 millions de personnes, selon, le Rory Peck Trust.

Mme Al Kateab, qui a poursuivi des études à l'université d'Alep, a appris toute seule à filmer, avant de recevoir une formation auprès d'ONG, de la Deutsche Welle Academy (Allemagne) et d'Orient TV.

L'est d'Alep, dont l'opposition armée à pris le contrôle en juillet 2012, a été repris par l'armée syrienne en décembre 2016 après un siège dévastateur de cinq mois.

© 2017 AFP