Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

À L’AFFICHE !

Avec L'Impératrice, la "French touch" fait des petits

En savoir plus

FOCUS

Malgré les accusations de corruption et le blocus, le Qatar tient à son Mondial-2022

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Coupe du monde 2018 : la France affrontera la Croatie en finale

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Trump et Poutine ont rendez-vous à Helsinki

En savoir plus

LE GROS MOT DE L'ÉCO

Assouplissement quantitatif : l'arme lourde des banques centrales

En savoir plus

DANS LA PRESSE

Les Bleus champions du monde : "Un bonheur éternel"

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Le HCR s'oppose aux centres fermés : "Demander l'asile n'est pas un crime"

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Tourisme : qui veut traverser l'Europe en train ?

En savoir plus

L'INFO ÉCO

Les Bleus champions du monde : quel impact sur la croissance française ?

En savoir plus

Moyen-Orient

L'Irak lance l'assaut contre le dernier bastion de l'EI et avance face aux Kurdes

© Ahmed AL-Rubaye, AFP | Les forces irakiennes à Mosul Dam, au nord de Mossoul, le 24 octobre 2017.

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 26/10/2017

Les forces irakiennes ont lancé jeudi une opération contre les dernières localités tenues par l'EI à proximité de la frontière syrienne. Dans le même temps, elles ont commencé à pilonner des positions kurdes au nord-ouest de Mossoul.

Les forces irakiennes ont lancé jeudi 26 octobre l'assaut contre le dernier bastion de l’organisation de l’État islamique (EI) en Irak, a annoncé le Premier ministre Haider al-Abadi. Au même moment, les Kurdes annonçaient une offensive irakienne contre leurs forces dans le nord frontalier de la Turquie.

Les jihadistes ne tiennent plus en Irak que les localités d'al-Qaïm et de Rawa ainsi que leurs environs désertiques, dans l'immense province occidentale d'al-Anbar, proche de la Syrie en guerre. En 2014, ils s'étaient emparés lors d'une percée fulgurante de près d'un tiers de l'Irak, mais depuis les troupes gouvernementales et paramilitaires les ont chassés de plus de 90 % de leur territoire.

Il s'agit, selon la coalition internationale emmenée par les États-Unis, "du dernier grand combat" contre l'EI, puisque différentes forces syriennes, appuyées par Moscou ou Washington, devraient faire la jonction avec les forces irakiennes pour étrangler l'EI désormais retranché dans la vallée de l'Euphrate.

Al-Qaïm et Rawa, derniers bastions de l'EI en Irak
© Capture France 24

"Bombardements à l'artillerie lourde" sur les peshmerga

L'Irak s'est lancé dans cette opération alors que ses troupes sont toujours mobilisées en nombre pour reprendre le contrôle de zones que le Kurdistan irakien dispute aux autorités fédérales.

En quelques jours à peine, les troupes irakiennes ont repris la totalité de la riche province pétrolière de Kirkouk ainsi que des villes et régions de la province multicommunautaire de Ninive, où se trouve Mossoul, la deuxième ville d'Irak, le long de la frontière avec la Turquie. Jeudi, elles ont visé Zoummar, une zone pétrolière, au nord-ouest de la ville, a assuré la plus haute instance de défense du gouvernement de la région autonome. Il s'agit pour Bagdad de sécuriser l’accès à un oléoduc menant au port turc de Ceyhan.

"A 06h00 (03h00 GMT), les forces irakiennes et les [forces paramilitaires] des Unités de mobilisation populaire soutenues par l'Iran bombardent à l'artillerie lourde les peshmerga sur le front de Zoummar et avancent en direction de leurs positions", a assuré le communiqué du Conseil de sécurité de la région du Kurdistan. Selon un correspondant de l'AFP sur place, les combattants kurdes ont opposé une forte résistance à l'avancée des troupes fédérales et paramilitaires irakiennes, tirant des obus de mortier et faisant usage de missiles anti-chars téléguidés.

Avec AFP

Première publication : 26/10/2017

  • IRAK

    Le Kurdistan propose à Bagdad de "geler les résultats" du référendum d'indépendance

    En savoir plus

  • IRAK

    Le Parlement du Kurdistan repousse de huit mois les élections législatives

    En savoir plus

  • IRAK

    Tillerson-Abadi, rencontre à Bagdad sur fond de polémique d'ingérence

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)