Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

La guerre contre les mutilations génitales

En savoir plus

LE DÉBAT

Liban : la fin de la crise ? (Partie 2)

En savoir plus

LE DÉBAT

Liban : la fin de la crise ? (Partie 1)

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Le brio", Camelia Jordana sur la voie de l’éloquence

En savoir plus

FOCUS

Vidéo : les espoirs déçus des Tunisiens de Bir Ali, 7 ans après la révolution

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Une actrice indienne menacée de mort, à cause d'un rôle au cinéma"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Uber piraté massivement

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"TPIY, dernier acte"

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Émoticône hijab : la victoire de Rayouf Alhumedhi, lycéenne saoudienne

En savoir plus

FRANCE

La mairie de Paris porte plainte contre un site incitant les étudiants à la prostitution

© Charly Triballeau, AFP | Des étudiants dans une université française.

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 26/10/2017

La mairie de Paris a saisi mercredi le procureur de la République et demandé des poursuites contre un site de rencontres qui faisait de la publicité devant des universités, "incitant à la prostitution" des étudiants parisiens.

C’est un panneau publicitaire qui suscite la polémique. Un site de rencontres "entre jeunes et personnes plus âgées et riches" a utilisé cette semaine un chariot mobile pour faire sa promotion à proximité de plusieurs universités parisiennes. Informée, la mairie de Paris a saisi mercredi 25 octobre le procureur de la République pour demander des poursuites contre ce site et la publicité mobile le vantant, qui constitue selon elle une incitation à la prostitution devant une université parisienne.

© @compte officiel de la Ville de Paris

"J'ai saisi le procureur de la République et la plateforme de signalement Pharos" (qui permet de porter à la connaissance des autorités les contenus ou comportements illicites sur internet) pour demander la fermeture du site R***.", a indiqué sur Twitter Hélène Bidard, adjointe PCF chargée de la lutte contre les discriminations de la maire PS de Paris Anne Hidalgo.

"Outre le trouble à l'ordre public d'une publicité qui peut être vue par des mineurs, ce site est une violence faite aux femmes. Derrière ces images dorées, des jeunes peuvent tomber dans la prostitution", a-t-elle précisé à l'AFP. "Nous voulons une enquête qui pourrait amener à des poursuites pour proxénétisme", a ajouté l'élue parisienne.

"Attirer les les étudiant-es en situation de précarité"

Marlène Schiappa, la secrétaire d'État à l'Égalité entre les femmes et les hommes, a également indiqué jeudi avoir été "saisie" à propos de cette publication. "Est-ce qu'il s'agit de rencontres consenties ou est-ce qu'il s'agit de proxénétisme et d'une forme d'incitation à la prostitution qui pourrait tomber sous le coup de la loi ? On est en train de regarder très précisément les aspects juridiques", a-t-elle expliqué sur Sud Radio. Selon elle, "très honnêtement il y a un doute".

De son côté, la Fage (Fédération des associations générales étudiantes) a annoncé porter plainte "du chef de proxénétisme", estimant que "cette publicité a pour objet d'attirer les étudiant-e-s en situation de précarité (...) et de les inciter à accepter de se livrer à des actes sexuels avec des personnes plus âgées".

Le camion publicitaire affichant ce site a été saisi jeudi pour "affichage" non autorisé, a indiqué la préfecture de police de Paris à l'AFP peu après midi.

"Le camion a été localisé et remorqué", a indiqué la préfecture de police. Les responsables seront entendus au commissariat du XVe arrondissement, lieu où a été localisé le véhicule, pour "affichage d'un support sans autorisation préfectorale".

Lancée au Danemark, en Norvège, en Suède et en Finlande en août 2017, l’entreprise à l’origine de cette campagne, "R*" (littéralement : "les riches rencontrent les beaux /belles") avait déjà déclenché un vif débat en Belgique fin septembre avec une campagne publicitaire similaire.

*France 24 a décidé de ne pas mettre le nom du site

Première publication : 26/10/2017

  • JAPON-CORÉE DU SUD

    "Femmes de réconfort" : le Japon rappelle son ambassadeur à Séoul

    En savoir plus

  • FRANCE

    Le Parlement français vote la pénalisation des clients des prostituées

    En savoir plus

  • FRANCE

    Mylène : plongée dans l'univers d'une prostituée "tradi" à Paris

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)