Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DANS LA PRESSE

"Plus de 68 millions de personnes chassées de chez elles à-travers le monde, en 2017"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Emmanuel Macron recadre un édutiant qui l'appelle "Manu"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Inondations en Côte d'Ivoire, au moins 18 morts à Abidjan

En savoir plus

LE DÉBAT

Migrants : l'Europe à l'épreuve

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Marine Le Pen : "Jean-Marie Le Pen va mieux"

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Marine Le Pen : "Le parlement européen est dans une démarche d'agression, tous nos droits ont été violés"

En savoir plus

FOCUS

VIH en Chine : la jeunesse particulièrement exposée

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Ingrid Chauvin et Jimmy Jean-Louis, stars du petit écran

En savoir plus

L’invité du jour

Chef Simon : "Ce n’est plus notre corps qui décide de ce que l’on va manger, mais notre cerveau"

En savoir plus

FRANCE

Affrontements en Guyane en marge de la visite d'Emmanuel Macron

© Alain Jocard, AFP | Des affrontements entre forces de l'ordre et manifestants ont éclaté à Cayenne jeudi soir.

Vidéo par FRANCE 24

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 27/10/2017

Six mois après un mouvement social qui avait paralysé la Guyane, des heurts ont éclaté alors que des manifestants demandaient, en vain, de rencontrer Emmanuel Macron arrivé jeudi sur place.

Des affrontements entre forces de l'ordre et manifestants du collectif Pou Lagwiyann Dékolé ont éclaté dans la soirée du jeudi 26 octobre à Cayenne, en Guyane, et plusieurs personnes ont été interpellées au premier jour de la visite du président Emmanuel Macron sur place, a constaté une journaliste de l'AFP.

En début de nuit, l'air du centre-ville empestait les gaz lacrymogènes destinés à disperser un rassemblement devant la préfecture de Guyane. Les gendarmes mobiles se déployaient dans la ville, notamment aux abords du commissariat, près de la célèbre place des Palmistes, où des jeunes venus de quartiers défavorisés, souvent encagoulés, ont lancé des cocktails Molotov et des projectiles. Des poubelles ont notamment pris feu et la rue devant le commissariat était jonchée de bris de verre, a constaté l'AFP. Un hélicoptère tournait également au dessus du centre-ville.

L'après-midi, une marche à l'appel du collectif Pou Lagwiyann Dékolé (Pour que la Guyane décolle) avait pourtant rassemblé dans le calme plus d'un millier de personnes, en chant et en famille, pour réclamer le respect des accords signés avec l'ancien gouvernement à l'issue du mouvement social de mars-avril.

Réclamant un rendez-vous avec le chef de l'État, les manifestants se sont ensuite rassemblés devant la préfecture où ils ont écarté une première série de barrières pour se rapprocher du bâtiment.

L'Élysée a finalement proposé un rendez-vous vendredi matin mais les manifestants ont refusé, réclamant de voir Emmanuel Macron dans la soirée. Ce dernier avait une réunion de travail avec les élus de Guyane avant un diner républicain à la résidence préfectorale.

"On n'obtiendra pas plus de l'État"

C'est ensuite que les événements ont dégénéré. "Ils ont créé eux-mêmes le désordre public, c'est ça la réponse de l'État", a dénoncé un enseignant depuis 19 ans en Guyane. "Il aurait pourtant suffi d'une discussion autour d'une table", a-t-il ajouté. 

"Maintenant on sait à qui on a à faire", a déclaré Davy Rimane, membre du collectif. Emmanuel Macron "n'a aucun respect pour nous", a-t-il déploré, assurant que désormais "tout" pouvait arriver.

"Cela sert à rien tout ça, on n'obtiendra pas plus de l'État", a regretté Mika Mancé, ancien leader charismatique du mouvement Pou Lagwiyann Dékolé, et porte-parole des "Grands frères", une émanation des 500 frères, très actifs lors du mouvement de mars-avril dernier. "Au moins les choses sont claires, il n'y a plus rien à attendre, on ne peut pas discuter, on ne peut trouver de solution, on fera sans", a-t-il ajouté.

Emmanuel Macron est arrivé à la mi-journée en Guyane, dans un climat déjà tendu. Il s'est rendu directement à Maripasoula, dans le sud-ouest guyanais, pour rencontrer la population de cette commune la plus vaste de France, très défavorisée, où il a averti qu'il n'était pas venu en "Père Noël", ni pour "faire des promesses". Il a longuement écouté les habitants, porteurs de grandes attentes pour le désenclavement de leur commune.

Avec AFP

Première publication : 27/10/2017

  • GUYANE

    Signature d'un accord de sortie de crise en Guyane

    En savoir plus

  • GUYANE

    Guyane : maintien des barrages et opération ville morte

    En savoir plus

  • FRANCE

    Après un mois de conflit social, la Guyane poursuit la mobilisation

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)