Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Allemagne : le crépuscule d'Angela Merkel ?

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Zimbabwe : Robert Mugabe lâché par son parti

En savoir plus

LE DÉBAT

Allemagne : Est-ce la fin du règne de l'indéboulonnable Merkel ? (Partie 2)

En savoir plus

LE DÉBAT

Allemagne : Est-ce la fin du règne de l'indéboulonnable Merkel ? (Partie 1)

En savoir plus

FOCUS

Mauritanie : le typha, catastrophe écologique, se transforme en petit miracle

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Valérie Ekoumé, la nouvelle pop africaine

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Mugabe veut mourir sur scène"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Agences européennes cherchent adresse

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Angela Merkel, le camouflet"

En savoir plus

Asie - pacifique

Le gouvernement australien privé de majorité en raison d'élus binationaux

© William West, AFP | Le vice-Premier ministre australien Barnaby Joyce à Sydney le 5 juillet 2016.

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 27/10/2017

La Haute Cour d'Australie a suspendu vendredi le mandat de député du vice-Premier ministre, Barnaby Joyce. Cette décision prive ainsi le gouvernement de sa majorité et entraîne l'organisation d'une élection partielle.

Pris au piège par la Constitution. Le gouvernement conservateur australien a été privé vendredi 27 octobre de majorité par la Haute cour qui a jugé que le Premier ministre adjoint Barnaby Joyce ne pouvait siéger au Parlement en raison de sa double nationalité.

Sept parlementaires issus de plusieurs partis australiens se sont retrouvés ces derniers mois au cœur d'une controverse politico-juridique, piégés par une ancienne et obscure clause de la Constitution qui interdit aux titulaires d'une double nationalité de siéger. Or la coalition du Premier ministre Malcolm Turnbull détenait une courte majorité d'un siège à la chambre basse du Parlement.

Bien que né en Australie, le Premier ministre adjoint Barnaby Joyce, membre de cette chambre, s'est récemment découvert une nationalité néo-zélandaise héritée de son père, né en Nouvelle-Zélande.

"Les choses sont ainsi"

L'invalidation de son élection implique que le gouvernement organise un nouveau scrutin dans la circonscription de l'État de Nouvelles-Galles du Sud où était élu Joyce, qui a renoncé à sa nationalité néo-zélandaise. Ce scrutin partiel pourrait se tenir le 2 décembre, a précisé Joyce, chef de file du Parti national, un des deux piliers de la coalition avec le Parti libéral de Turnbull.

"Je remercie la cour pour son jugement. Je respecte sa décision", a déclaré Joyce aux journalistes à Tamworth, une localité de sa circonscription de Nouvelle-Angleterre, ajoutant qu'il s'était "préparé à cette décision". Et de poursuivre, "Je n'avais aucune raison de croire, comme vous le savez, que j'étais un citoyen d'un autre pays que l'Australie. Mais les choses sont ainsi." Au total, sept parlementaires, dont Joyce, étaient concernés par cette controverse.

Une clause archaïque

La clause sur la double nationalité a été introduite dans la Constitution de 1901 afin d'assurer que les parlementaires n'aient "aucune adhésion à une puissance étrangère".

Cette disposition date d'une époque où les Australiens pensaient encore qu'ils devaient en premier lieu fidélité à la couronne britannique. Dans un pays où 50 % de la population est née à l'étranger ou est née de parents immigrés, elle apparaît de plus en plus archaïque.

La saga des invalidations a commencé en juillet avec la démission de Scott Ludman, également titulaire de la nationalité néo-zélandaise. Outre celle de Joyce, elle a aussi invalidé l'élection de la sénatrice Fiona Nash, qui était membre du gouvernement, et des sénateurs Verts Larissa Waters et Scott Ludlam, ainsi que celle du sénateur Malcolm Roberts (mouvement populiste One Nation). La coalition conservatrice est cependant déjà minoritaire au Sénat.

Avec AFP

Première publication : 27/10/2017

  • AUSTRALIE

    Australie : le Premier ministre australien proclame sa victoire aux législatives

    En savoir plus

  • ÉTATS-UNIS

    L’entretien téléphonique entre Trump et le Premier ministre australien tourne court

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)