Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Zimbabwe : retenu par l'armée Robert Mugabe préside tout de même une cérémonie

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Le baiser imposé d'Al Franken

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

COP 23 en Allemagne : une occasion manquée ?

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Crise au Liban : La France à la manoeuvre

En savoir plus

TECH 24

Quoi de neuf, e-docteur ?

En savoir plus

LE GROS MOT DE L'ÉCO

Taux directeur : le diapason système bancaire

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Afrique - Chine : le piège de la dépendance ?

En savoir plus

#ActuElles

Consentement sexuel des mineur(e)s : quel âge minimum ?

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La France, terre de vin et de tourisme

En savoir plus

FRANCE 24

Word propose l'écriture inclusive, "un péril mortel" selon l'Académie française

© Lionel Bonaventure, AFP | L'Académie française a estimé jeudi 26 octobre que l'écriture inclusive était un "péril mortel" pour la langue française.

Texte par Romain HOUEIX

Dernière modification : 28/10/2017

Dans une mise à jour récente, le logiciel de Microsoft a inclus une option de langage au nom de la lutte contre les stéréotypes liés aux sexes. Cette écriture dite inclusive est au centre de débats, l'Académie française y voit même "une aberration".

Le débat sur l'écriture inclusive continue. Alors que l'Académie française dénonce un "péril mortel" pour la langue de Molière, Microsoft, dans une récente mise à jour réservée à ses abonnés, propose d'activer l'option "langage inclusif". Sur son site internet, l'éditeur de logiciel américain explique que sa nouvelle fonctionnalité "cible le langage genré à même d'exclure, de rejeter ou de stéréotyper".

Selon ses promoteurs, l'écriture inclusive est un outil destiné à lutter contre les stéréotypes liés aux sexes et les inégalités entre les femmes et les hommes. Le logiciel Word met donc désormais en garde contre les formules qui peuvent apparaître discriminatoires. Ainsi, comme le relève Canard PC Magazine sur Twitter, le logiciel propose de remplacer "les experts" par "les experts et les expertes" ou "Indiens d'Amérique" ("racialement sensible"), par "autochtones".

L'écriture inclusive fait débat

Cette mise à jour du logiciel n'inclut cependant pas l'écriture épicène. Cette écriture inclusive prône l'utilisation à égalité du féminin et du masculin, en écrivant par exemple des ingénieur.e.s ou des salarié.e.s. Ce point de discorde agite les intellectuels et les réseaux sociaux depuis quelques jours.

Dans ce conflit, l'Académie française a tranché. Jeudi, elle a adopté une "solennelle mise en garde" à l'unanimité de ses membres : "Devant cette aberration 'inclusive', la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd'hui comptable devant les générations futures."

Selon les Immortels, cette forme d'écriture "aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l'illisibilité". "On voit mal quel est l'objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d'écriture, de lecture, visuelle ou à voix haute, et de prononciation", poursuivent les Académiciens dans leur communiqué.

La ministre de la Culture, Françoise Nyssen, s'est quant à elle interrogée sur l'obstacle que pouvait constituer cette nouvelle écriture pour les personnes atteintes de dyslexie :

"Une chose qu'on n'a pas assez notée: comment font les enfants dyslexiques pour s'en sortir avec cette écriture-là ?", s'est interrogée Françoise Nyssen vendredi sur France Inter. "Je ne suis pas vraiment pour ", a-t-elle ajouté, en se disant en revanche favorable à la féminisation des noms ("autrice", par exemple).

Avec AFP

Première publication : 28/10/2017

  • DÉCÈS

    L'historien et académicien Max Gallo est mort

    En savoir plus

  • FRANCE

    Reçu à l'Académie française, Andreï Makine plaide en faveur d’une Russie "humiliée"

    En savoir plus

  • FRANCE

    Infobésité, hipster, babache : les nouveaux mots du Larousse et du Petit Robert

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)