Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

"Le manque de 'culture financière' des Français"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

La guerre contre les mutilations génitales

En savoir plus

LE DÉBAT

Liban : la fin de la crise ? (Partie 2)

En savoir plus

LE DÉBAT

Liban : la fin de la crise ? (Partie 1)

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Le brio", Camelia Jordana sur la voie de l’éloquence

En savoir plus

FOCUS

Vidéo : les espoirs déçus des Tunisiens de Bir Ali, 7 ans après la révolution

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Une actrice indienne menacée de mort, à cause d'un rôle au cinéma"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Uber piraté massivement

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"TPIY, dernier acte"

En savoir plus

FRANCE

Réchauffement climatique : record de concentration de CO2 dans l'atmosphère en 2016

© George Frey / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP

Vidéo par FRANCE 24

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 30/10/2017

La concentration de CO2 dans l'atmosphère, responsable du réchauffement climatique, a atteint un niveau record en 2016, a averti lundi l'Organisation météorologique mondiale (OMM), qui met en garde contre "une hausse dangereuse de la température".

Voici une (très mauvaise) nouvelle qui risque fort de mettre à mal les théories et les arguments des climatospectiques. En 2016, jamais la concentration de dioxyde de carbone (CO2) dans l'atmosphère, gaz responsable du réchauffement climatique, n'avait atteint un niveau aussi élèvé, a averti lundi 30 octobre l'Organisation météorologique mondiale (OMM).

"La dernière fois que la Terre a connu une teneur en CO2 comparable, c'était il y a 3 à 5 millions d'années : la température était de 2 à 3°C plus élevée et le niveau de la mer était supérieur de 10 à 20 mètres par rapport au niveau actuel", en raison de la fonte des nappes glaciaires, a rappelé l'agence onuésienne dans son bulletin annuel sur les gaz à effet de serre.

>> À lire : Convertir les engagements de la COP21 en actes, principal enjeu de la COP23

Selon l'OMM, cette "montée en flèche" du niveau de CO2 est due à "la conjonction des activités humaines et d'un puissant épisode El Niño", phénomène climatique qui apparait tous les 4 ou 5 ans et se traduit par une hausse de la température de l'océan Pacifique, ce qui provoque des sécheresses et de fortes précipitations.

"Le temps presse"

"Si l'on ne réduit pas rapidement les émissions de gaz à effet de serre, et notamment de CO2, nous allons au-devant d'une hausse dangereuse de la température d'ici la fin du siècle, bien au-delà de la cible fixée dans l'accord de Paris sur le climat", a averti le secrétaire général de l'OMM, le Finlandais Petteri Taalas. "Les générations à venir hériteront d'une planète nettement moins hospitalière", estime-t-il.

Depuis l'ère industrielle, soit depuis 1750, la croissance démographique, la pratique d'une agriculture de plus en plus intensive, une plus grande utilisation des terres, la déforestation, l'industrialisation et l'exploitation des combustibles fossiles à des fins énergétiques provoquent une augmentation de la teneur atmosphérique en gaz à effet de serre, dont le principal est le CO2.

>> À lire : Ouragan Irma : anatomie d’un des cyclones les plus violents de l’Histoire

Pour Erik Solheim, chef de l'agence ONU-Environnement, "le temps presse". "Les chiffres ne mentent pas. Nos émissions continuent d'être trop élevées et il faut renverser la tendance (...) Nous disposons déjà de nombreuses solutions pour faire face à ce défi. Il ne manque que la volonté politique", insiste cet expert.

Avec AFP

Première publication : 30/10/2017

  • ENVIRONNEMENT

    "Make Our Planet Great Again" : Emmanuel Macron a-t-il convaincu les entrepreneurs ?

    En savoir plus

  • ENVIRONNEMENT

    Climat : l’appel de Macron aux chercheurs étrangers laisse perplexe les scientifiques français

    En savoir plus

  • CLIMAT

    Irma : un ouragan dopé au réchauffement climatique ?

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)