Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Libye: "je ne suis pas à vendre"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Morgan Tsvangirai met en garde contre une extension du système Mugabe

En savoir plus

LE DÉBAT

Migrants esclaves en Libye : l'Europe coupable ?

En savoir plus

POLITIQUE

Emmanuel Macron face aux maires : Jacobin ou girondin?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Seal : "C’est un honneur pour moi de chanter des classiques du jazz"

En savoir plus

FOCUS

Pakistan : une ouverture au tourisme sans danger?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Poutine, maître du jeu en Syrie"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Le manque de 'culture financière' des Français"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

La guerre contre les mutilations génitales

En savoir plus

Amériques

Ce qu'on sait de l'attaque "terroriste" qui a fait huit morts à New York

© Kena Betancur, Getty Images, AFP | Policiers dans le sud de Manhattan, où un véhicule a foncé sur une piste cyclable, le 31 octobre 2017.

Vidéo par FRANCE 24

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 01/11/2017

Un véhicule a foncé, mardi, sur une piste cyclable dans le sud de Manhattan, faisant huit morts et plusieurs blessés. L'acte est qualifié de terroriste par les autorités. Le suspect, un Ouzbek de 29 ans vivant aux États-Unis, a été arrêté.

Un véhicule a foncé sur une piste cyclable, mardi 31 octobre, dans le sud de Manhattan, aux États-Unis,  faisant au moins huit morts et une douzaine de blessés, dont deux enfants. Cinq Argentins et une Belge figurent parmi les victimes. L'attaque, qualifiée d'acte terroriste par les autorités de New York, a eu lieu non loin de West Side Highway et de Chambers street, près du World Trade Center.

"C'était un acte terrroriste d'une grande lâcheté, une action délibérée visant à briser notre esprit", a déclaré le maire démocrate de New York, Bill de Blasio, lors d'une conférence de presse. "Mais les New-Yorkais ne cèdent pas à la panique", a-t-il ajouté. À quelques rues du drame, le traditionnel défilé d’Halloween a eu lieu comme prévu avec une présence policière renforcée.

Attaque de Manhattan : un témoin raconte

Le suspect arrivé aux États-Unis en 2010

La camionnette s'est engouffrée à grande vitesse sur la piste cyclable, où elle a heurté plusieurs piétons et cyclistes. Elle a fini sa course dans un bus scolaire, blessant deux enfants et deux adultes qui se trouvaient à l'intérieur.  Le chauffeur est ensuite sorti armé d'un pistolet de paintball et d'une carabine à plomb. Les policiers lui ont tiré dessus, le blessant à l'abdomen, avant de l'interpeller. Il a été transporté à l'hôpital.

Le préfet de police de New York James O'Neill a indiqué que le conducteur du véhicule était un homme de 29 ans mais que son indentité ne serait pas divulguée dans l'immédiat. Selon plusieurs médias américains, il s'agirait d'un Ouzbek, habitant dans le New Jersey (est), où la camionnette avait été louée. Il disposait d'un titre de séjour permanent, la "carte verte", et travaillait comme chauffeur pour Uber, selon le New York Times, selon qui il avait déjà "été dans le radar" de la police. D'après des médias américains, il aurait laissé une note affirmant qu'il avait commis l'attaque au nom du groupe État islamique.

Ce qu'on sait du profil du suspect

Prié de dire lors de la conférence de presse si le conducteur avait vraiment crié "Allah Akbar" ("Dieu est le plus grand"), comme certains organes de presse l'ont rapporté, le commissaire O'Neill s'est borné à répondre que les déclarations du suspect, quand il est sorti de son véhicule, et les circonstances générales de l'attaque avaient conduit les enquêteurs à qualifier l'incident d'"événement terroriste".

Claude Moniquet, président de l'Esisc : "Daech avait appelé à attaquer au moment d'Halloween"

Trump ordonne un renforcement du contrôle des étrangers

Le président américain Donald Trump a d'abord qualifié l'homme de "personne très malade et déséquiibrée" sur Twitter.  Dans un second tweet, alors que l'attaque n'a ni été revendiquée, ni liée par les autorités à un quelconque groupe terroriste, il a appelé à ne pas laisser l'organisation État islamique "revenir, ou entrer, dans notre pays après sa défaite au Moyen-Orrient et ailleurs".

Le président américain a ensuite indiqué avoir ordonné un renforcement du programme de vérification des étrangers voulant entrer aux États-Unis. Je viens juste d'ordonner au (ministère) de la Sécurité intérieure de renforcer notre programme de vérification déjà extrême. Étre politiquement correct, c'est bien mais pas pour ça !", a-t-il tweeté.

New York résignée et sereine

Malgré cette attaque, l'ambiance restait sereine dans les rues de New York, en ce jour d'Halloween. "La zone de l'incident est bouclée mais à un bloc de là, des enfants frappent aux portes des boutiques pour demander des bonbons, témoigne Emmanuel Saint-Martin, correspondant de France 24 sur place. La grande parade d'Halloween se prépare, l'atmosphère est calme, comme s'il y avait de la part des New-Yorkais une sorte d'habitude, ou de résignation."

Le président français Emmanuel Macron a exprimé sur Twitter sa solidarité avec les New-Yorkais.

"Horrifiée par cette lâche attaque, mes pensées vont vers tous ceux qui ont été touchés, ensemble nous vaincrons le terrorisme", a de son côté tweeté la Première ministre britannique Theresa May.

Avec AFP et Reuters

Première publication : 31/10/2017

  • ÉTATS-UNIS

    En direct : au moins 50 morts dans une fusillade à Las Vegas

    En savoir plus

  • ÉTATS-UNIS

    États-Unis : fusillade dans un hôpital de New York

    En savoir plus

  • ÉTATS-UNIS

    Fusillade près de Washington : un élu républicain dans un état critique, le tireur décédé

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)