Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DANS LA PRESSE

Crise migratoire en Europe: le "crash test"?

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Côte d'Ivoire : l'eau coule à nouveau des robinets à Bouaké

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Élections anticipées en Turquie : Erdogan est-il toujours l'homme fort du pays ?

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Devenir Français, mode d'emploi

En savoir plus

VOUS ÊTES ICI

À la découverte du sanctuaire Pélagos en Méditerranée

En savoir plus

TECH 24

Handigamer : le jeu vidéo pour tous

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Présidence Macron : l'avalanche de réformes

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Métamorphoses du monde : le multilatéralisme menacé

En savoir plus

FOCUS

Footballers binationaux : le choix du drapeau

En savoir plus

EUROPE

Catalogne : Carles Puigdemont refuse de se rendre à la convocation de la justice espagnole

© Aurore Belot, AFP | Carles Puigdemont lors d'une conférence de presse à Bruxelles, le 31 octobre 2017.

Vidéo par FRANCE 24

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 02/11/2017

Le président catalan destitué, Carles Puigdemont, ne se rendra pas à sa convocation par la justice espagnole jeudi. Il demandera à être interrogé depuis la Belgique, a-t-on appris mercredi par son avocat belge.

Carles Puigdemont, le président destitué de Catalogne, demandera à être interrogé depuis la Belgique où il se trouve, et ne se rendra pas à sa convocation de justice à Madrid jeudi, a déclaré mercredi 1er novembre son avocat belge à la télévision publique catalane.

"Il ne va pas à Madrid, et j'ai proposé qu'on l'interroge ici en Belgique. C'est possible, j'ai déjà eu dans le passé des cas comme ça, quand on a interrogé le suspect en Belgique", a déclaré l'avocat belge Paul Bekaert, sur TV3.

La Haute cour de justice espagnole a entamé une procédure à l’encontre de Carles Puigdemont pour rébellion, sédition et abus de confiance. La juge de l'Audience nationale, Carmen Lamela, a convoqué pour jeudi et vendredi l’ex-président de région et treize autres membres de l'exécutif catalan destitué vendredi dernier par le gouvernement espagnol.

Mandat d'arrêt contre Puigdemont

Si Carles Puigdemont ne se rend pas à sa convocation, il pourrait faire l'objet d'un mandat d'arrêt qui l'empêcherait de participer aux élections régionales convoquées le 21 décembre par le gouvernement espagnol. Madrid a placé la province autonome de Catalogne sous tutelle quelques heures après sa proclamation d'indépendance, le 27 octobre.

Carles Puigdemont, qui s'est exprimé mardi devant la presse à Bruxelles, a dit vouloir rester en Belgique en attendant d'avoir les "garanties" d'un "traitement juste et indépendant" de la part de Madrid. Mais, promettant de relever le "défi démocratique" des élections, il a ajouté qu'il n'avait pas l'intention de demander l'asile politique ni de se soustraire à la justice.

Trois des responsables catalans qui l'avaient suivi à Bruxelles sont rentrés mardi soir à Barcelone, où des manifestants les ont accueillis avec le slogan : "En prison !".

Avec AFP et Reuters

Première publication : 01/11/2017

  • ESPAGNE

    Convoqué par la justice espagnole, Carles Puigdemont reste à Bruxelles

    En savoir plus

  • BELGIQUE

    En Belgique pour sa "sécurité", Puigdemont respectera les résultats du scrutin de décembre

    En savoir plus

  • ESPAGNE

    Menacé de poursuites, Carles Puigdemont se trouve à Bruxelles

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)