Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

Mahamadou Issoufou : "L’État malien peut s’écrouler"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

RDC : 14 casques bleus tués dans le Nord-Kivu

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Eloge funèbre d'Emmanuel Macron : un hymne à Jean d'Ormesson et à la littérature

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Statut de Jérusalem : l'onde de choc causée par la décision de Donald Trump ? (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Statut de Jérusalem : l'onde de choc causée par la décision de Donald Trump ? (Partie 1)

En savoir plus

BILLET RETOUR

Vidéo : en Égypte, les idéaux de la place Tahrir à l'épreuve de la répression

En savoir plus

TECH 24

L'intelligence artificielle se met au rythme de la pop

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

La fiscalité selon Trump : qui sont les gagnants et les perdants de la réforme ?

En savoir plus

REPORTERS

Libye-Italie : les migrants pris entre deux feux

En savoir plus

L'inflammation du sang liée à un risque accru d'Alzheimer

© AFP/Archives | Les personnes entre 40 et 60 ans qui présentent des signes d'inflammation dans le sang ont un risque accru de la maladie d'Alzheimer

WASHINGTON (AFP) - 

Les personnes entre 40 et 60 ans qui présentent des signes d'inflammation dans le sang ont un risque accru de rétrécissement du volume cérébral en vieillissant, surtout dans les parties du cerveau affectées par la maladie d'Alzheimer, suggère une étude publiée mercredi.

De précédentes études avaient déjà révélé un lien entre la démence et l'inflammation, une réaction du système immunitaire au stress et à la maladie.

"Ces résultats laissent penser que l'inflammation à un âge moyen pourrait contribuer précocement à des changements dans le cerveau liés à la maladie d'Alzheimer et aux autres formes de démence", explique le Dr Keenan Walker de la faculté de médecine de l'Université Johns Hopkins à Baltimore (Maryland), principal auteur de ces travaux parus dans la revue médicale américaine Neurology.

"Le processus qui aboutit à une perte de cellules cérébrales commence des décennies avant que les personnes aient le moindre symptôme, c'est important de comprendre ce phénomène qui va les affecter longtemps après", ajoute-t-il.

Les sujets qui ont des niveaux élevés d'inflammation et un rétrécissement cérébral ont également en moyenne des scores plus bas à des tests de mémoire.

Pour cette étude, les auteurs ont testé les niveaux de cinq marqueurs sanguins d'inflammation, dont le taux de globules blancs, de 1.633 personnes âgées en moyenne de 53 ans.

Quelque 24 ans plus tard, les participants ont été testés pour leur mémoire. Ils ont aussi passé un scanner du cerveau pour mesurer le volume de plusieurs zones cérébrales.

Comparé à des personnes sans signe d'inflammation, celles avec des niveaux élevés de trois ou plus bio-marqueurs inflammatoires avaient en moyenne une réduction de 5% du volume de leur hippocampe et d'autres zones cérébrales liées à la maladie d'Alzheimer.

L'étude montre également que l'impact sur le volume cérébral d'une seule augmentation d'un des cinq bio-marqueurs à un âge moyen était similaire des décennies plus tard aux effets d'une mutation du gène APOE qui accroît le risque d'Alzheimer.

Les personnes sans signe inflammatoire ont obtenu de meilleurs résultats à un test de mémoire, avec en moyenne environ 5,5 mots mémorisés sur une liste de dix, contre cinq mots pour les participants avec au moins trois bio-marqueurs d'inflammation élevés.

"Cette recherche pointe l'inflammation comme un indicateur potentiel précoce d'une dégénérescence du cerveau plus tard dans la vie mais on ne peut pas dire si l'inflammation en est la cause possible ou une réponse à d'autres processus pathologiques", analyse Carol Routledge, de l'institut de recherche britannique "Alzheimer's Research UK" qui n'a pas participé à l'étude.

© 2017 AFP