Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Ghouta orientale : un adolescent filme le calvaire de l'intérieur

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Agriculture française : le malaise des producteurs

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Agriculture française : un modèle en crise

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Marseille, éternelle capitale de la culture ?

En savoir plus

FOCUS

Criminalité : le "dark Web", le côté obscur d'Internet

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Le visage des sans-abri

En savoir plus

REPORTERS

"Never again" : le mouvement contre les armes qui bouscule l'Amérique

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Agriculture : Emmanuel Macron veut rassurer les jeunes

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Fusillade aux États-Unis : la NRA veut "plus d'armes dans les écoles"

En savoir plus

EUROPE

Catalogne : Carles Puigdemont et ses conseillers se sont rendus à la police belge

© AFP | Carles Puidgemont, l'ex-président de l'exécutif catalan.

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 05/11/2017

La justice belge a confirmé que l'ex-président catalan Carles Puigdemont et ses quatre conseillers visés par un mandat d'arrêt européen émis par l'Espagne s'étaient rendus à la police, dimanche. Ils seront entendus par un juge dans la journée.

Le président catalan destitué, Carles Puigdemont, et ses quatre conseillers, actuellement à Bruxelles, en Belgique, et sous le coup d'un mandat d'arrêt européen émis par l’Espagne, se sont rendus dimanche 5 novembre dans la matinée à la police belge, a annoncé le parquet. "Ils ont été privés de liberté à 9 h 17" dimanche (8 h 17 GMT), a déclaré le porte-parole du parquet fédéral, Gilles Dejemeppe.

Un juge d'instruction doit désormais être requis par le parquet belge et devra entendre Carles Puigdemont et ses quatre conseillers "dans le courant de l'après-midi". Le juge dispose de 24 heures, jusqu'à lundi 9 h 17, pour décider de la suite à donner : "la non-exécution du mandat d’arrêt, l’arrestation des personnes recherchées, la libération sous condition ou encore sous caution".

"Nous avions des contacts réguliers avec les avocats des cinq personnes et il avait été convenu un rendez-vous au commissariat" de la police fédérale. "Ils ont honoré ce rendez-vous", a expliqué le porte-parole du parquet.

Les mandats d'arrêts émis par l'Espagne visent Carles Puigdemont et ses conseillers pour sédition, rébellion et détournement de fonds.

Cette nouvelle procédure belge vient s’ajouter à celles, nombreuses, qui se poursuivent en Espagne. "Il y a des procédures en Espagne, elles sont compliquées, rappelle Jean-Marc Sanchez, avocat franco-espagnol au barreau de Paris, à France 24. Il y en a une devant le tribunal constitutionnel en ce qui concerne les lois qui ont été votées par le Parlement catalan et puis devant le tribunal suprême pour les parlementaires catalans. Et puis, de l’autre côté, il y a une procédure devant la Audiencia nacional (Audience nationale), qui est la plus haute juridiction pénale en Espagne pour les membres de l’ancien gouvernement catalan".

Avec AFP

Première publication : 05/11/2017

  • ESPAGNE

    Catalogne : l'Espagne lance un mandat d'arrêt européen contre Carles Puigdemont

    En savoir plus

  • ESPAGNE

    Le parquet espagnol demande un mandat d'arrêt européen contre Carles Puigdemont

    En savoir plus

  • ESPAGNE

    Huit dirigeants catalans en détention, mandat d'arrêt attendu contre Puigdemont

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)