Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LA SEMAINE DE L'ECO

Afrique - Chine : le piège de la dépendance ?

En savoir plus

#ActuElles

Consentement sexuel des mineur(e)s : quel âge minimum ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

L'Afrique, le continent des possibles ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Lieux saints partagés" : une exposition sur l'art de coexister

En savoir plus

FOCUS

La République en marche à l'épreuve de la démocratie interne

En savoir plus

VOUS ÊTES ICI

Au fil de la Vézère, un patrimoine qui remonte à la préhistoire

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"La fin est proche" pour Mugabe

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

La réforme fiscale de Trump franchit un nouveau cap

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Environnement : "Non, il n'est pas trop tard"

En savoir plus

Amériques

États-Unis : une fusillade dans une église du Texas fait au moins 26 morts

© Erich Schlegel, Getty Images, AFP | Des véhicules de police bloquent l'accès à Sutherland Springs, au Texas, après une fusillade survenue le 5 novembre 2017.

Vidéo par FRANCE 24

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 06/11/2017

Une fusillade a fait au moins 26 morts et 20 blessés, dimanche, dans une église du Texas, aux États-Unis. Le tireur est décédé dans sa voiture peu après les faits. Les victimes sont âgées de 5 à 72 ans.

Une nouvelle fusillade est venue endeuiller le Texas, dimanche 5 novembre. Un homme a ouvert le feu dans une petite église baptiste d'une bourgade de cet État du sud des États-Unis, faisant 26 morts et 20 blessés. Selon le gouverneur du Texas Greg Abbott, il s'agit de "la pire fusillade de masse dans l'histoire" de cet État.

Le drame s'est produit vers 11 h 20, en plein service religieux, à la First Baptist Church de Sutherland Springs, dans le comté de Wilson, à une soixantaine de kilomètres à l'est de la ville de San Antonio.

Le tireur, armé d'un fusil d'assaut et portant un gilet pare-balles, a ouvert le feu sur le bâtiment, avant d'y pénétrer pour poursuivre son carnage, a déclaré un responsable de la police du Texas. C'est un résident qui a arrêté la tuerie, a ajouté le responsable.

Stoppé par un habitant

L'homme a pris son fusil et s'est rendu dans l'église baptiste, où la fusillade avait lieu. Il a "engagé" un échange de tirs avec le suspect de la fusillade, selon le policier. Le suspect a alors abandonné son arme et pris la fuite en voiture. Il a été poursuivi par le même résident et a été retrouvé mort plus tard dans sa voiture. Il n'est pas encore déterminé s'il s'est suicidé ou si quelqu'un lui a tiré dessus.

Le policier a précisé que le suspect n'avait pas été "totalement identifié" et que ses motivations étaient encore inconnues. Il s'agit d'un "jeune homme blanc âgé d'une vingtaine d'années", "tout de noir vêtu", a-t-il expliqué. Selon plusieurs médias américains, il s'agit d'un ex-militaire de 26 ans, renvoyé de l'armée de l'air après un passage en cour martiale en 2014, qui vivait en périphérie de San Antonio.

"À ce stade, il y a 26 vies qui ont été perdues. Nous ne savons pas si ce bilan va s'aggraver ou pas", a indiqué le gouverneur Greg Abbott. Les victimes sont âgées de 5 à 72 ans.

La fille du pasteur tuée

On ignore combien de fidèles étaient dans l'église au moment de la fusillade, mais une cinquantaine de personnes y assistent en général, affirment les médias. La fille de 14 ans du pasteur a été tuée, a déclaré la famille aux chaînes de télévision. Plusieurs autres enfants font partie des blessés.

Le président américain, actuellement en tournée en Asie, a dénoncé une fusillade "terrifiante" et un "acte diabolique". Favorable au port d'armes à feu, Donald Trump ne s'est pas risqué dans ce débat lundi, se bornant à promettre le "soutien entier" de son administration "au grand État du Texas et à toutes les autorités locales enquêtant sur ce crime horrible". "Nous avons le cœur brisé. Nous nous rassemblons, nous unissons nos forces (...) À travers les larmes et notre chagrin nous restons forts", a-t-il déclaré à Tokyo. "Les mots nous manquent pour exprimer la peine et la douleur que nous ressentons tous", a-t-il ajouté.

Plus tôt dans la journée, il avait tweeté : "Que Dieu soit avec les gens de Sutherland Springs, Texas".

La Maison Blanche a fait savoir que le président s'était entretenu avec le gouverneur Abbott. Ce dernier, qui s'est rendu sur les lieux, ainsi que le sénateur du Texas Ted Cruz, ont aussi adressé sur Twitter leurs "prières" aux victimes et remercié les "courageux premiers secours" et les forces de l'ordre.

Comme lors de tant d'autres fusillades avant celle-ci, les démocrates ont profité de l'occasion pour renouveler les appels au contrôle des armes à feu, une question brûlante dans un pays qui considère le droit de porter des armes comme presque sacré. Dénonçant un "acte de haine", l'ex-président Barack Obama a déclaré : "Que Dieu nous accorde aussi à tous la sagesse de nous demander quelles mesures concrètes nous pouvons prendre pour réduire la violence et les armes parmi nous".

Tueries fréquentes

Le 1er octobre, les États-Unis ont connu la pire fusillade de leur histoire, avec 58 morts et près de 550 blessés parmi le public d'un concert de musique country en plein air à Las Vegas, dans l'État du Nevada. En juin 2015, un suprémaciste blanc avait tué neuf fidèles noirs dans un temple de l'église épiscopale méthodiste de Charleston, en Caroline du Sud. Il a été jugé en début d'année et condamné à mort.

Chaque année, plus de 33 000 décès liés aux armes à feu sont recensés aux États-Unis, dont 22 000 suicides, selon une récente étude. Le débat sur la réglementation des armes, particulièrement conciliante, est relancé à chaque fusillade d'ampleur.

Rétrospective des fusillades les plus meurtrières des États-Unis

Avec AFP

Première publication : 05/11/2017

  • ÉTATS-UNIS

    Attaque à Manhattan : inculpé, le suspect assume son allégeance à l'EI

    En savoir plus

  • ÉTATS-UNIS

    New York : le suspect, lié à l'EI, planifiait l'attaque depuis des semaines

    En savoir plus

  • ÉTATS-UNIS

    Tuerie de Las Vegas : le débat rituel sur les armes à feu fait son retour

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)