Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DANS LA PRESSE

"Des mercenaires russes en Centrafrique"

En savoir plus

L’invité du jour

Jacky Moiffo : "Ils ont vendu mon frère", migrant du Cameroun

En savoir plus

L'INFO ÉCO

Emmanuel Macron aux États-Unis : une visite pour renforcer les liens économiques

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"Ce que nous achetons bon marché peut coûter très cher à d'autres"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Madagascar : nouvelle journée de mobilisation à Antananarivo

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Immigration : tensions à la frontière franco-italienne

En savoir plus

LE DÉBAT

Rencontre Macron-Trump aux États-Unis : entre complicité et désaccords

En savoir plus

LE GROS MOT DE L'ÉCO

Uberisation : naissance de l’entreprise 2.0

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Naïssam Jalal et le trio Amzik, nouveaux visages des musiques orientales

En savoir plus

Moyen-Orient

L'Arabie saoudite met en garde l'Iran après le tir d'un missile depuis le Yémen

© Fayez Nureldine, AFP (archives) | La capitale saoudienne a été visée par un tir de missile en provenance du Yémen.

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 06/11/2017

Accusant l'Iran, l'Arabie saoudite a qualifié lundi d'"agression militaire flagrante" le tir d'un missile samedi près de l'aéroport de Riyad, en provenance du Yémen. Des accusations "injustes", "irresponsables et provocatrices", selon Téhéran.

La coalition militaire sous commandement saoudien a fermé lundi 6 novembre toutes les frontières aériennes, maritimes et terrestres entre le Yémen et l'Arabie Saoudite, accusant l'Iran d'être derrière des transferts d'armes et un tir de missile des rebelles houthis sur Riyad samedi. Un geste qui "pourrait équivaloir à un acte de guerre", ont estimé les Saoudiens.

Cette annonce et cette accusation sont contenues dans une déclaration publiée par l'agence officielle saoudienne SPA, moins de 48 heures après l'interception et la destruction d'un missile balistique samedi soir au nord-est de Riyad, près de l'aéroport international, qui provenait du Yémen en guerre.

"La direction des forces de la coalition considère [cela] comme une agression militaire flagrante par le régime iranien qui pourrait équivaloir à un acte de guerre", indique la déclaration.

La coalition a affirmé "le droit du royaume [saoudien] à la défense légitime de son territoire et de sa population, conformément à l'article 51 de la charte des Nations unies". Elle a aussi souligné "le droit du royaume saoudien de répondre à l'Iran au moment approprié et de manière appropriée", conclut la déclaration.

Dans la foulée, l'Iran a rejeté ces accusations, les jugeant "injustes, irresponsables, destructrices et provocatrices" de la part de l'Arabie saoudite.

>> À lire : "Yémen : reportage au cœur de Sanaa, bombardée par la coalition"

L’Iran accusé de transfert d'armes clandestin vers le Yémen

Depuis 2014, la guerre au Yémen oppose les forces gouvernementales, soutenues par une coalition militaire de pays musulmans à majorité sunnite emmenée par l'Arabie saoudite, aux rebelles houthis, soutenus par l'Iran chiite.

Les Houthis et leurs alliés ont déjà tiré à plusieurs reprises depuis le Yémen des missiles vers l'Arabie saoudite, qui a interceptés les missiles dans la plupart des cas. Depuis mars 2015, un blocus de fait est imposé autour du Yémen par la coalition sous commandement saoudien, mais Riyad accuse régulièrement l'Iran de procéder à des transferts d'armes clandestins vers les rebelles houthis.

Riyad annonce néanmoins dans sa déclaration qu'afin de "combler des lacunes" dans le contexte de la poursuite de transferts de "missiles et d'équipements militaires vers les miliciens houthis loyaux à l'Iran au Yémen", la coalition "a décidé de fermer temporairement" tous les points d'entrée aériens, maritimes et terrestres, tout en maintenant les possibilités d'accès du personnel humanitaire au Yémen, selon des procédures d'inspection qui vont être actualisées.

La coalition considère "l'implication du régime iranien" dans la fourniture de roquettes et de missiles aux rebelles yéménites houthis comme "une violation flagrante de résolutions du Conseil de sécurité" de l'ONU, en particulier la résolution 2216, et cela peut être considéré comme "une agression directe".

Avec AFP

Première publication : 06/11/2017

  • YÉMEN

    Yémen : reportage au cœur de Sanaa, bombardée par la coalition

    En savoir plus

  • LIBAN

    Démission de Hariri : "Une insurrection contre la mainmise du Hezbollah au Liban"

    En savoir plus

  • ARABIE SAOUDITE

    Arabie saoudite : des princes et des ministres arrêtés dans le cadre d'une opération anti-corruption

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)